Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 18:40

Desperate Housewives

 

Je voulais bien défendre la série, en ce début de saison, mais là, ce n'est tout simplement plus possible. Cet épisode était une catastrophe sans nom, une abomination qui m'a rappelé les saisons 5, 6, et 7. Sans aucun doute, le plus mauvais épisode de la saison. Bons sentiments, discours gerbants et histoires inutiles, voici le programme de l'épisode.

 

Je vais commencer par le moins pire. Lynette ! L'ami coiffeur de Renee lui offre une seconde chance. Alors que tout va bien, un petit quiproquo va pousser Lynette à coucher avec lui. Malheureusement (pour elle), elle va pleurer au beau milieu de l'acte. Il faut encore que les scénaristes ralentissent le développement du personnage en nous ressortant Tom ? J'ai l'impression que, depuis le Season Premiere, nous n'avons guère avancé... C'est d'autant plus dommage que je trouve son nouveau copain plutôt sympa.
Je ne sais pas si les scénaristes ont une haine contre le personnage de Lynette, mais, pendant 7 ans, la pauvre actrice a dû s'engueuler avec son "mari" à chaque épisode, et maintenant, elle doit réaliser que Tom n'est plus son mari à chaque épisode. Les scénaristes n'auront donc trouvé que deux intrigues pour le personnage, et ce, en l'espace de 8 saisons. C'est plutôt lamentable.

 

Gaby fait sa Gaby (celle des mauvaises saison) dans une intrigue complètement nulle, et surtout inutile. Qu'est-ce qu'on s'en fout, que sa fille ne trouve pas de mecs, à l'école, et que Gabrielle lui fasse croire que si (a-t-elle un cerveau ?). Si proche de la fin, c'est vraiment dommage, de voir des intrigues de la sorte (ça aurait pu, comme beaucoup d'autres, se trouver dans n'importe quelle saison...).

 

Bree continue de voir beaucoup d'hommes, et selon Mary-Alice, c'est toujours aussi pêché. Damn ! Je déteste ce genre de discours.
La scène sympa, c'était l'intervention de Susan, Gabrielle et Lynette, pour sauver leur amie. Il faudrait quand même qu'elles se reparlent assez vite, et les scénaristes semblent aller dans ce sens.
Par contre, on a frôlé (enfin, non, on était en plein dedans) le ridicule lors de la scène finale de Bree. Déjà, l'attaque de Bree sur le parking du bar, c'était plutôt comique, mais alors l'arrivée d'Orson, c'était juste hilarant. C'est simple, j'ai explosé de rire. Mais vraiment. Il arrive pile quand il faut ! C'est pratique ! Susan, Gabrielle et Lynette l'appellent, et hop, il est là ! Et il est sur le bon parking, juste au moment où Bree se fait attaquer ! Please...
C'est sans compter sur le tazer qui m'a rajouté un fou rire. Les scénaristes n'ont vraiment pas peur du ridicule...

 

Susan détient la palme (bien que Bree soit pas mal, elle aussi). L'épisode marque le retour de Julie qui est... enceinte !!!!
Le père n'acceptant pas le bébé, Julie a décidé de le laisser à l'adoption, et elle trouvé un petit couple sympathique. Mais c'est sans compter sur Susan, qui va être juste insupportable. Bien entendu, il lui est impensable d'imaginer que Julie donne le bébé (alors que celle-ci veut en avoir quand elle sera dans une situation stable...), et elle va tout faire pour que le couple prenne Julie pour une folle. Honnêtement, qui va inventer que sa fille a une maladie mentale pour qu'elle ne donne pas son bébé à l'adoption. L'idée est ridicule, sur le papier, mais à l'écran, c'était tout simplement honteux. C'est limite si elle n'allait pas nous sortir son discours : "Un bébé, c'est le plus cadeau du monde." comme elle l'avait fait au début de la saison 6. Ce genre de discours me donne la gerbe.
D'ailleurs, je ne sais plus ce que va décider Julie, au final.

 

En clair, un épisode tout simplement honteux, gerbant et catastrophique. La série a retouché le fond, et si près de la fin, ce n'est pas vraiment l'idéal...

 

Alex.

 

Trailer pour le prochain épisode :

 


 
 
Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 16:15

Fringe

 

Voilà le genre d'épisodes que j'aime ! Un stand-alone, certes, mais tellement efficace, que j'en veux encore et encore !
Non sans rappeler l'ambiance des deux premières saisons, cet épisode offre une histoire plutôt sympathiques.

 

Nos trois héros se retrouvent coincer dans une ville, et ne peuvent pas en sortir. L'histoire est bateau, c'est vrai, mais j'ai trouvé ça drôlement bon. Puis, n'avoir que le trio m'a vraiment rappelé les cas des premières saisons.
Les scènes étaient bonnes, les effets spéciaux pas si mauvais et le rythme était soutenu.
En fait, deux réalités (celle de Peter, et celle sans lui) "cohabitent", ce qui créé des évènements bizarres (déformations physiques, schizophrénie, morts, ...). Je ne sais pas pourquoi Peter n'y a pas pensé plus tôt, il a déjà été confronté à un cas semblable, mais bon.
Puis, on apprend que David Robert Jones est dans le coup, ce qui signifie qu'on va le revoir prochainement !

 

Au niveau du développement des personnages, c'était fort intéressant. Walter est toujours aussi mignon/touchant, lorsqu'il est effrayé. Les scénaristes tiennent vraiment un excellent personnage, quand j'y pense. Drôle, touchant, effrayant, bizarre, ... Une bonne petite palette !
Et l'intrigue de la semaine permet à Olivia d'avoir des souvenirs de l'autre réalité, c'était assez pertubant. D'ailleurs, j'ai trouvé le cliff très classique, mais excellent. Peter arrive chez Olivia, et celle-ci se comporte comme "notre" Olivia, elle embrasse Peter et se croit en couple avec lui ! Enfin ! Elle se souvient de tout ! Mais pourquoi ? Comment ? J'espère que l'épisode 13 fera suite à cette intrigue, car j'ai hâte qu'on revienne aux personnages que l'on connaît.

 

En clair, un épisode très sympa et qui me rappelle pourquoi j'aime la série.

 

Alex.

 

Trailer pour le prochain épisode :

 

 


 
Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 15:55

Alcatraz

 

Bon, au bout de 5 épisodes, j'ai déjà oublié la série. Je ne savais même pas que j'avais oublié de visionner cet épisode.
La série n'arrive pas à me passioner, et les stand-alone sont beaucoup trop répétitifs pour m'intéresser un minimum. Surtout que la trame principale n'intervient que quelques minutes par épisode, histoire de, quoi...
Mais bon, je vais tout de même finir cette première saison (de 13 épisodes), on ne sait jamais. Par contre, je ne pense pas suivre la série, l'année prochaine (si elle est renouvelée), à moins d'entendre d'excellents échos dessus (ce qui est loin d'être le cas, en ce moment).

 

Cette semaine, ce n'est pas un prisionnier, qui est de retour, mais un des gardes (Hoyt, de True Blood). Alors que cela aurait pu être intéressant et changer un peu, les scénaristes ne se fatiguent pas, et traitent son histoire de la même manière que les précédentes : le garde veut se venger, etc...
Ça en devient vraiment lourd. Les prisionniers (ou gardes, maintenant) réaparaissent après 50 ans, mais gâchent tout direct en tuant, en enlevant des gens, ... Bref, ils ne sont pas discrets. C'est très crédible...

 

Les personnages, eux, sont toujours aussi fades et manquent cruellement de vie. Rebecca n'a aucun charisme, le Doc est une copie conforme de Hurley et Hauser est toujours aussi mystérieux. Seul petit point "intéressant" : le grand-père de Rebecca revient, mais vu les menaces de Ray, je doute qu'on le revoie avant le Series Season Finale...

 

En clair, la série continue d'offrir des stand-alone assez nuls et prévisibles. Dommage que la série ne soit pas feuilletonante, parce que moi, je m'ennuie ferme.

 

Alex.

 

Trailer pour le prochain épisode :

 


 

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 14:23

 

One Tree Hill

 

 

Episode moyen, mais toutefois supérieur à ce que la série nous a offert en moyenne ces dernières années. Les scénaristes n'osent pas vraiment partir dans le purement dramatique, puisque nous avons toujours le droit à quelques histoires vraiment sans intérêt, faisant office de pur remplissage.

 

L'épisode dernier nous laissait sur la disparition de Nathan. Il s'agit pour Haley cette semaine de savoir si son mari est vraiment disparu, ou s'il a tout simplement raté son avion, comme tout le monde le lui répète. Evidemment Nathan a bel et bien été enlevé, sans que l'on ne sache pourquoi ni par qui. Haley suspecte en toute logique Dan, qui aurait fait disparaître son propre fils pour continuer à pouvoir voir ses petits-enfants. L'épisode se termine sur Haley, demandant de l'aide au 911, persuadée que Dan y est pour quelque chose. Mais Dan entend cet appel...

Cette partie n'est pas forcément mauvaise, mais on sentait bien qu'il s'agissait cette semaine d'étirer l'histoire avant de vraiment la développer. Et même si Dan était bien évidemment le suspect n°1 il semblerait logique maintenant qu'il n'est rien à voir avec cette histoire... Mais je suis toujours curieuse de savoir son lien avec Chris Keller, comme montré dans le flash forward du premier épisode.

 

Un peu de drama aussi du côté de Julian et Brooke. Julian ne se remet toujours pas de ce qu'il a commis deux épisodes auparavant, n'arrive pas à se faire de nouveau confiance. Et quelqu'un a osé lui laisser un mot sur son pare-brise : "Fry your burgers, not your babies !" (le truc affreux franchement...).

Deux des flash-forwards ont lieu dans cet épisode : Julian qui se fait tabasser après l'avoir cherché dans un bar, et Brooke qui détruit tout dans le café d'en face, puisque le sympathique mot a été écrit par la patronne (aussi copine de Chris Keller et qui couche avec Chase...).

A voir comment les choses se développent dans le futur, mais la série à vraiment tendance a ne rien faire avancer durant les épisodes, puis tout nous balancer dans les dernières minutes...

 

Clay est donc interné pour ses problèmes de mémoires. On le voit donc pendant une longue partie d'épisode en consultation avec un psy, ce qui était vraiment inintéressant. Il devient aussi ami avec un gamin qui vit de temps en temps à l'hôpital (?!). Un peu du n'importe quoi... On découvre néanmoins que les troubles de Clay viendrait de quelque chose qu'il a enfouit, un traumatisme, et qu'il ne veut pas faire revenir à la surface. Je me demande ce que cela va être... C'est pas comme si il avait une vie assez horrible comme ça...

 

Sinon on a toujours des petites histoires secondaires chiantes, du style Chase & Chuck, ou Quinn & Jaimie... Sans commentaire.

 

Bref, un épisode basique, qui aurait pu être bien mieux. On a toujours le sentiment que les choses vont vraiment décoller dans le futur, mais j'ai bien peur de me faire de faux espoirs...

 

Typh.

 

 

Trailer pour le prochain épisode :

 

 

 

 

 

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 20:12

The River

 

Nouveauté un peu évènement de ABC, cette série, produite par Spielberg et par le réalisateur de Paranormal Activity. Enfin, le lancement a plutôt été raté, puisqu'après en avoir parlé pendant des mois et des mois, ces deux premiers épisodes n'ont été suivi que par 7,59 millions de téléspectateurs. Un lancement décevant, donc.
Globalement, et plus les jours passent, plus je me tourne vers cet avis, la série est extrêmement mauvaise. Oren Peli ne s'est vraiment pas fatigué : il a fait un Paranormal Activity en Amazonie. Dommage pour lui, mais le succès de ses films ne s'est pas ressenti , lors de son passage à la télévision.
Pourtant, les trailers étaient plutôt sympas. Je me doutais que ça ne serait pas forcément une bonne série, mais ça aurait pu divertir tranquillement, tout au long des 8 épisodes qui composent la premier saison (enfin, la série, puisque ça ne sera sans doute pas renouvelée).
Mais non, The River est un assemblage de clichés, de déjà-vu, de longueurs, de facilités scénaristiques et d'improbabilités.
Je pense qu'ABC a fait une erreur, en diffusant deux épisodes, pour le lancement. Mon Dieu, qu'est-ce que c'était long... 

 

Un aventurier célèbre, star de la télévision, est porté disparu lors d'un voyage au fin fond de l'Amazonie. Durant des années, accompagné de sa femme et de son fils, le Dr Emmet Cole a partagé - via son show télé - ses découvertes de contrées éloignées. Aujourd'hui, la chaîne finance une expédition filmée façon télé réalité pour tenter de le retrouver. Une équipe de cameramen suit de près les recherches menées entre autres par la famille et des amis du disparu. Tous embarquent à bord d'un bateau qui remonte l'Amazone et va les amener à faire des rencontres pour le moins effrayantes...
(Source : AlloCiné)

 

Au niveau du casting, on retrouve Leslie Hope (Teri Bauer de 24), Saunders (méchant de la saison 3 de 24, également) et Bruce Greenwood.
Pas grand chose à dire sur la réalisation, puisque le tout est tourné caméras à l'épaule ou en caméras fixes (exactement comme dans Paranormal Activity, donc).

 

Là où la série échoue considérablement, c'est dans son histoire. Le tout est tellement peu crédible que j'en ai rigolé...
Un homme disparaît, mais six mois plus tard, sa femme et son fils décident d'aller le rechercher avec une équipe de télévision qui fait une émission sur cette excursion. Cela ne choque personne ? Une émission de télé-réalité sur une femme qui va rechercher son mari porté disparu (voire mort) ?! C'est très glauque, je trouve. Et même si l'homme disparu est une célébrité, cela ne change rien. L'introduction des caméras à l'épaule est donc très mauvaise et m'a fait plus rire qu'autre chose. À partir de là, la série commençait déjà à virer dans la catégorie parodie...

De plus, les personnages sont tous, plus ou moins, insupportables. La femme, qui croit dur comme fer que son mari est vivant ; le fils, qui ne sert à rien ; la fille du caméran disparu, qui apparaît comme par magie ; le capitaine du bateau, qui est étrange ; sa fille, qui ne parle que l'espagnol et qui sort des phrases mystérieuses à tout bout de champs ; le gars de la sécurité, qui a l'air de cacher un lourd secret ; et les caméramans, qu'on ne voit pas trop...
Bref, une belle petite palette de clichés comme on aime... ou pas. Les scénaristes ne se sont vraiment pas foulés, sur ce coup là...

Mon deuxième fou rire a eu lieu lorsque toute l'équipe retrouve le bateau d'Emmet Cole. Pour bien aider aux scénarios, le bateau comporte des caméras qui filment le moindre angle de chaque pièce (et l'extérieur). C'est plutôt pratique, dis donc ! Non, sérieusement ? On est censés y croire ?

Au niveau des incohérences, comment expliquez-vous que certaines scènes (les conversations privées, par exemple) soient filmées caméra à l'épaule alors que les caméramans ne sont pas présents ? Ne parlons pas des plans "vus du ciel", qui sortent de nulle part. Et non, la petite machine volante qui dispose d'une caméra et pilotée par une télécommande ne peut pas faire d'aussi beaux plans. Je sais bien que je chipote pour des détails, mais la série perd tout son "réalisme" assez bêtement. Pourquoi nous ennuyer avec un texte, au début de l'épisode, qui nous explique que ce nous voyons provient des cassettes de l'émission, si c'est pour faire des plans hors contextes par la suite ? Cela n'a aucun sens...

 

Je me souviens encore du trailer filmant une salle en train de regarder la série. À ces gens, je leur demande si nous avons vu la même série ? Ils paraissaient terrifiés et sursautaient à tout bout de champs. Il ne faut pas exagérer... J'ai dû "sursauter" une fois, histoire de, quoi...
La scène de possession de la petite espagnole par l'esprit d'Emmet était réellement comique. Le truc vu et revu (il suffit de regarder la filmographie du réalisateur de la série...)...

 

Le second épisode nous entraîne au beau milieu de la jungle. C'était sans fin. Puis, la série s'éparpille dans plusieurs mystères en même temps (la possession, les poupées accrochées aux arbres, ...). J'ai juste explosé de rire, lorsque l'équipe dort, en plein milieu de la jungle, mais que des caméras filment le tout, en vue "du ciel" (comme dans Paranormal Activity...). Ils ont même osé faire le coup des nuits en accélérés...
Plus on avance, moins c'est crédible... Les caméras en plein milieu de la jungle, il fallait le faire, quand même !

 

Ce qui est drôle, aussi, c'est les réactions des personnages. Il se passe des trucs vraiment flippants (une possession, des gens se font traîner de leur sac de couchage, une femme est attirée sous l'eau, un esprit les attaque, une femme est flagellée, et un des caméramans meurt), mais les gens n'ont pas l'air plus inquiets que ça... Ils continuent leur petite vie et leurs petites histoires personnelles, comme si de rien n'était. C'est d'un ridicule...

 

En clair, cette série s'annonce comme la catastrophe en boîte de la saison 2011/2012 (avec Ringer). L'histoire est complètement nulle, les personnages sont inintéressants, les scènes de peur font rires, le côté réaliste de la série est complètement détruit par la stupidité des scénaristes qui s'enfoncent eux même, ...
Bref, la liste est très longue, comme vous pouvez le voir, et elle n'est pas exhaustive. Il reste 6 épisodes, je pense les regarder, afin de voir jusqu'où la série ira, mais j'ai l'impression qu'elle a déjà tout dit (c'est à dire : pas grand chose).
C'est tout de même incroyable que de telles bouses soient produites, chaque année. Ça en devient sidérant.
Ce projet aurait dû rester au fin fond de l'Amazonie, mais, et pour une raison inconnue, les dirigeants d'ABC se sont retrouvés avec ce produit low-cost dans les mains. Mais croire en ce projet, et en faire un évènement, c'est bien ça, le pire.

 

Alex.

 

Trailer pour les 6 épisodes restants :

 


 

 


 


Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 19:20

 

Boss.jpg

 

 

L'article ne révèle pas d'informations importantes sur la saison. 

 

 

Série politique de la chaîne Starz (pourtant non réputée pour ses chefs d'œuvre) Boss se révèle excellente. Seulement 8 épisodes dans cette première saison, qui ne s'arrêtera pourtant jamais de monter en puissance, se terminant sur deux derniers épisodes très intenses.

 

Maire de Chicago, Tom Kane vient d'être diagnostiqué de démence à corps de Lewy, un grave trouble neurologique. Souhaitant rester en place, l'homme à poigne fait contraindre son médecin, le Dr Ella Harris, à l'isolement et ne se confie qu'à sa fille avec laquelle les relations semblent pourtant chargées d'un long passif. Sa femme, Meredith, fille de l'ancien maire, et ses proches conseillers, Kitty O'Neill et Ezra Stone, sont témoins de légers symptômes tout en n'osant lui en parler frontalement. Dans l'ombre de ce maire omnipotent et autoritaire se déroulent nombre corruptions qu'un journaliste local tente d'éclaircir et une campagne au poste de Gouverneur de l'Illinois qui voit s'affronter deux générations : l'actuel gouverneur en poste et le jeune et habile Trésorier de L'Illinois, Ben Zajac (source : Wikipédia)

 

Ce résumé permet déjà de mettre en évidence les nombreuses pistes d'écriture suivies par la série (et ce n'est pas tout). En effet en 8 épisodes la série parvient à tisser un nombre importants d'intrigues, de personnages, de relations, sans jamais nous perdre. Le pilot pose les choses un peu trop frontalement, apparaissant à certains moments comme légèrement too much.

La suite de la série permettra de grandement nuancer les choses, nous immergeant dans un univers tout à fait particulier dans lequel nous n'aimerions vraiment pas évoluer. Aucune vraie relation n'est possible, c'est le règne de la corruption et compagnie. Les deux derniers épisodes, les meilleurs de la saison sont les plus représentatifs de l'univers peint par la série, et nous glacent le sang.

 

Une série ne serait rien évidemment sans ses personnages : il faut ici admirer la palette de personnages présentés, tous très travaillés (et je ne peux pas franchement dire attachants). Kelsey Grammer (vainqueur d'un Golden Globes pour ce rôle) campe un Tom Kane fascinant et difficilement définissable puisqu'avec lui on n'est jamais sûr de rien.

La galerie de personnages gravitant autour de lui est aussi finement écrite, et chacun parviendra a vraiment se développer durant ses 8 épisodes (Kitty en est un bon exemple, elle qui me semblait vraiment inintéressante dans les premiers épisodes).

 

Il faut également noter la réalisation de la série, loin d'être habituelle. Nous devons le pilot à Gus Van Sant (la grande classe !), qui a donc mis en place la direction artistique de la série. On a donc le droit à une mise en scène léchée, toute en teintes grises, faible profondeur de champ et gros plans. 

Le casting est lui excellent (même Kathleen Robertson, que je ne connaissais que pour son rôle de Claire dans Beverly Hills...).

Le générique est très beau, et très à l'image de la série.

 

En bref, Boss offre donc une très bonne première saison, qui promet une deuxième année sans doute encore meilleure. La série a mis quelques épisodes à vraiment se mettre en place, dorénavant seul du très bon semble nous attendre.

 

Typh.

 

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 19:02

Ringer

 

Encore une fois, un très mauvais épisode. Et le score de l'épisode (1,18 millions, soit son plus bas historique) me fait plaisir puisqu'il y a de fortes chances que la série soit annulée (ou alors, je ne comprends pas la CW). Bref, nous ne sommes pas ici pour parler audiences, mais pour parler de la série. Mais avec Ringer, cela risque d'être difficile... Ça doit être l'une des pires productions de l'année (dans ce que je regarde, en tout cas), et chaque épisode est complètement vide. Même le charme de Sarah Michelle Gellar n'opère plus. Chaque épisode est dénué d'intérêt, et j'envisageais d'arrêter, mais, en fait, ça m'amuse assez de voir jusqu'où iront les scénaristes dans la médiocrité (surtout qu'il reste une dizaine d'épisodes).

 

La fabuleux cliff de l'épisode 11 nous avait laissé dans un suspense intenable : Henry exigeait à Siobhan (la vraie) de dévoiler son identité. Les scénaristes sont assez malins, puisqu'ils ont osé nous ressortir exactement le même cliff, à la fin de cet épisode. Bon, il y a une petite variante : Henry découvre la vérité, mais c'était déjà pratiquement le cas la semaine dernière. Ils ne s'emmerdent pas, dans cette série, quand même. Ringer, ou l'art d'étaler une "intrigue" sur plusieurs épisodes. Chapeau. Qu'on étire, je veux bien, mais quand c'est nul, on abrège.

 

La mère de Juliet débarque, et c'est l'occasion, pour la série, de devenir un peu bitchy (un peu CWilsée, quoi). Ses pics avec Bridget n'étaient même pas drôle et n'avaient aucun intérêt (à l'image des personnages, au moins, les scénaristes font ça bien).
Du côté de Juliet, on va (enfin !!!) apprendre la vérité sur son viol par Mr. Carpenter. Bien entendu, tout était faux, et la pauvre (...) Juliet va s'en prendre plein la gueule (notamment de la bouche de sa propre mère). Oui, mais voilà... ÉNORME TWIST !! J'espère que vous êtes prêt, parce que les scénaristes nous ont réservé du lourd, du très, très lourd : la fille "rebelle" de la classe de Juliet (celle avec elle s'insulte tout le temps) débarque et annonce que Mr. Carpenter l'a... violée. Ça ne rigole plus !!
Personnellement, je trouve que cette intrigue va trop loin et qu'elle prend trop de place. D'autant plus que ça ne m'étonnerait pas que Juliet ait fait appel à la fille de sa classe pour ne pas avoir l'air d'une menteuse qui a inventé un viol...

 

De son côté, Bridget enquête un peu et découvre que sa soeur était à Paris. Je ne sais pas pendant combien de temps va durer le jeu du chat et de la souris entre les deux soeurs, mais ça devient vraiment pénible. La série aurait été plus adaptée à un format de 13 épisodes. Là, on étire, on étire, et on déchire... La double vraie/fausse identité des soeurs n'a plus aucun intérêt (des gens sont vraiment "stressés" lorsque les deux ne sont pas loin l'une de l'autre ?!).

 

Comme dit au début, Henry découvre la vérité lorsque Siobhan lui montre Bridget. Le pauvre a du mal à s'en remettre, et nous aussi, par la même occasion !! Comment faire pour patienter jusqu'à l'épisode 13 ?!?! Tiens, je vais me refaire l'intégrale de la saison ! Quelle horreur...

 

En clair, la série est très mauvaise, c'est tout.

 

Alex. 

 

Trailer pour l'épisode 13 : 

 


 

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 19:30

Smash

 

S'il y a bien un pilot qui m'aura marqué, durant cette saison 2011/2012, c'est bien celui-là. Si on enlève le câble et Homeland, il s'agit, pour moi, du meilleur pilot que j'ai vu depuis des années. C'était tout simplement excellent. Il est rare de voir quelque chose d'aussi bon sur un network (et encore moins sur NBC). D'ailleurs, en parlant de NBC, je suis bien content que la chaîne mise tout sur la série en la proposant après The Voice, le succès risque donc d'être au rendez-vous.
Et pourtant, Smash n'est pas vraiment une série "grand public", je trouve qu'elle aurait plus eu sa place sur la câble (elle devait être diffusée sur Showtime, apparemment), mais bon, j'espère que NBC ne sera pas trop chiant et qu'elle laissera sa liberté à la série.
Je lis souvent des comparaisons à Glee alors que les deux séries n'ont strictement rien à voir, si ce n'est les parties musicales. Les similitudes s'arrêtent là. 

 

Des artistes new yorkais aux égos parfois surdimensionnés, qu'ils soient compositeurs, paroliers, chanteurs, chorégraphes, s'unissent pour créer un spectacle musical à Broadway basé sur la vie deMarilyn Monroe. L'occasion de découvrir la mise en place et les coulisses d'un événement d'une telle ampleur, entre une productrice peu commode, une phase de castings compliquée où tous les coups sont permis, des répétitions harassantes... le parcours du combattant commence ! (Source :AlloCiné).

 

J'avais tout simplement l'impression d'être devant un petit film pendant 45 minutes. C'était magnifiquement bien filmé, le casting est impressionnant, les décors sont très beaux (les rues de New-York sont très bien utilisées) et on ne s'ennuie jamais. Pourtant, les trailers nous en avaient montré beaucoup, mais qu'importe, le tout, monté dans l'ordre, donne un résultat fabuleux. Le genre de série qu'on ne voit que rarement et j'espère vraiment que les 14 épisodes restants seront du même niveau, sinon, je risque de déchanter très vite.

 

Au niveau des personnages, on en a une belle petite palette.
À commencer par Karen, interprétée par Katharine McPhee (finaliste d'un American Idol). En plus d'être une excellente actrice, elle a une voix juste magnifique. Ces prestations musicales étaient d'une beauté sans nom. En passant par Over The Rainbow ou Beautiful, c'était parfait.
On suit également la vie d'une autre chanteuse (qui ressemble énormément à Monroe, d'ailleurs). Le personnage m'intéresse moins, pour l'instant, mais la compétition peut s'avérer intéressante, pour elle.
On fait la connaissance, aussi, d'un couple d'amis qui montent le show. La femme est sympathique, l'homme aussi (et même son assistant, bien qu'avec un rôle minime, peut s'avérer intéressant). Le chorégraphe (Jack Davenport) a l'air bien con, mais son rôle est plutôt bien écrit.

 

Les chansons sont excellentes, les chorégraphies sont maîtrisées, les personnages sont intéressants et le thème traité est original. C'est assez rare que l'on s'intéresse aux coulisses d'une comédie musicale (et à tous les niveaux, en plus). Un univers que j'ai hâte de découvrir.

 

En clair, s'il y a un bien une nouveauté qu'il ne faut pas rater, c'est bien Smash. Il y a tellement à dire, mais l'épisode est assez confus, on reçoit beaucoup d'éléments, en 45 minutes. Je pense qu'après quelques épisodes, ça sera bon. Ce qui me rend encore plus optimiste, ce sont les 15 épisodes. Ce n'est ni trop, ni assez, c'est parfait.
Le plus dur, ça va être d'attendre la diffusion du deuxième épisode, à la mi-février... 

 

Alex.

 

En bonus, l'une des chansons de l'épisode :

 

 

 
 

 

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 22:34

Chuck

 

Mon histoire avec Chuck remonte à l'été 2007, lorsque j'ai vu la version pre-air du pilot. J'ai tout de suite accroché à cette ambiance décalée et aux petits personnages sympathiques qu'offrait la série.
La première saison, uniquement de 13 épisodes, m'a bien plu. J'ai trouvé la seconde énorme, et j'adorais vraiment retrouver Chuck et toute sa bande semaine après semaine. C'est à partir de la troisième que j'ai moins accroché. Globalement, c'était sympa, mais beaucoup moins fun. Puis, la saison 4 arriva. Après un début catastrophique, j'ai arrêté la série après l'épisode 4. J'ai décidé de m'y remettre, il y a quelques semaines, et j'ai enchaîné la saison très rapidement. Mon avis est d'ailleurs exactement le même que celui de Typh. Je vous invite à lire sa critique ici : link 
Ce n'est donc pas sans un petit pincement au coeur que j'ai lancé cette cinquième saison, que je me suis faîte en seulement deux jours.

 

J'ai trouvé ces 13 épisodes vraiment bons (voire très bons, dans certains cas), et ils apportent, à la série, la fin qu'elle mérite. Concernant le Series Finale, j'ai, par contre, était pas mal déçu, mais j'y reviendrai plus bas.

 

Cette saison était placée sous le signe du changement, déjà amorcé lors de la fin de la saison 4 : plus de CIA et Morgan avec l'Intersect.
Alors que j'avais vraiment trouvé ce cliff' décevant, je trouve que la série s'en est pas trop mal sortie. L'histoire de l'Intersect au sein de Morgan est même assez vite expédiée, et elle ne prend pas la saison entière comme je l'aurais pensé.

 

Concernant l'absence de la CIA, ça ne s'est pas trop ressenti, puisque Chuck et sa bande sont toujours aux 4 coins du monde à faire des missions. Ce n'était pas très utile, mais pas très gênant non plus.

 

Par contre, du côté des personnages, j'ai trouvé ça plutôt pas mal ! Je suis vraiment attaché à toute cette bande assez bizarre (seule Sarah et Ellie ne sont pas timbrées), et il est clair qu'ils vont me manquer.

Morgan a fortement grandi, depuis le début de la série, et est maintenant plus sérieux (à sa manière). Sa relation avec Alex est sympa à suivre, et l'intégration du personnage à part entière dans les missions d'espionnage a apporté son lot de bons moments.

Casey, lui, a développé son côté "humain" et sa relation avec Gertrude était assez cocasse (j'ai beaucoup aimé l'épisode 9, consacré à ça).

Le duo Jeff/Lester a changé, après que Lester soit redevenu normal. C'était un pari osé, mais ça a fonctionné ! Puis, ils découvrent quand même toute la vérité sur les identités de Chuck, Sarah et Casey ! Ça leur a donné l'importance qu'ils méritaient !

En parlant d'importance, Ellie et Devon ont aussi eu droit à leur moment de gloire, cette année, et notamment dans l'épisode 6, qui leur est, en parti, consacré ! Voir Ellie en "espionne", c'était plutôt fun ! 

 

Concernant le couple phare de la série, je suis content qu'ils restent heureux, comme dans la saison 4. Sarah a quand même bien évolué, depuis 2007, et c'est maintenant elle qui veut arrêter cette vie pour se poser et avoir des enfants ! J'ai d'ailleurs cru qu'elle était vraiment enceinte, à un moment !

 

La fin de la série accélère les choses, niveau histoire, et c'est Sarah qui se retrouve avec... l'Intersect ! J'ai trouvé ça simple, mais plutôt bien geré. L'épisode 11, dans le train, était excellent, et m'a rappelé la saison 2.
L'épisode 12, se concentrant sur Sarah, devenue "méchante", a réussi à m'émouvoir. Ce couple me plaît bien, quand même. Oui, ils étaient chiants, en saison 2, mais maintenant qu'ils sont heureux, je les trouve vraiment mignons. D'ailleurs, je trouve que les acteurs vont bien ensemble !

 

Le Series Finale m'a déçu, comme je le disais plus haut. Je ne vais pas mentir, il y a de bonnes choses, et j'ai été ému, mais je ne sais pas, je ne voyais pas la fin comme ça, et un élément me dérange fortement.

Tout d'abord, la mission prend trop de place. J'aurais voulu un épisode qui se concentre sur ses personnages, mais tant pis. Néanmoins, cela donne de l'importance à Jeffster dans une scène énorme où ils chantent devant une scène. Un grand moment.

Sarah, elle, ne trouve jamais la mémoire. J'ai franchement été déçu. Du coup, le couple qu'on a suivi pendant 5 ans n'a pas vraiment existé. Et certes, certains moments étaient mignons (les flash-backs, les vidéos de Sarah, les clins d'oeil aux premières saisons, par exemple), mais il manquait quelque chose. J'ai vraiment l'impression de m'être fait arnaquer. Et ce n'est pas la scène finale qui va me faire changer d'avis ! C'était bien beau, sur cette plage, mais ça se coupe bien trop vite. Je suis un peu mièvre, mais j'aurais aimé que le baiser que Chuck donne à Sarah lui fasse retrouver la mémoire. Ça aurait été con et too much, mais la série l'a toujours été. Là, on ne sait pas. La fin est bien trop ouverte. D'autant plus que le couple était heureux, pourquoi finir sur une telle note. Non, franchement, je ne comprends pas.

Les autres personnages connaissant une fin assez bâclée : Morgan emménage avec Alex, Casey part rejoindre Gertrude, Ellie et Devon déménagent, Jeff et Lester deviennent des stars en Allemagne et le Buy More se fait racheter par Subway (j'ai bien aimé le clin d'oeil aux fans, qui ont sauvé la série pendant tant d'années, et notamment grâce à Subway).

 

En clair, une saison que j'ai trouvé très bonne, mais le Series Finale m'a un peu refroidi. J'ai envie de dire : tout ça pour ça ? Néanmoins, la série va beaucoup me manquer. Je n'ai toujours pas trouvé un divertissement avec la qualité de Chuck. Je remercie la série, malgré ses hauts et ses bas, pour ces 5 saisons de pur divertissement, de rire et d'émotion.

 

Alex.

Repost 0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:53

 One Tree Hill

 

 

 

Visiblement la saison débute enfin. L'épisode 3 est assez classique, proche des deux premiers, mais offre une fin plutôt dramatique. Le 4 est rocambolesque comme j'aime, même si au final on aurait pu aller bien plus loin. En espérant que les scénaristes nous réservent du grand n'importe quoi dans la suite.

 

La partie consacrée à Brooke durant l'épisode 3 était vraiment inintéressante : il s'agit pour elle de trouver des investisseurs pour son projet de ligne de vêtements pour enfants, avec l'aide de son père (père avec qui elle aurait aimé passer plus de temps bla bla bla). Il faudra attendre la toute fin d'épisode pour qu'il se passe quelque chose d'intéressant : elle demande à Julian de poser l'un de leur fils à la crèche, l'autre étant malade. Mais Julian, tout excité par un rendez-vous qu'il doit avoir, oublie son môme dans la voiture ! L'épisode se termine par Julian qui découvre l'horreur de ce qu'il vient de faire. Heureusement les secours sont intervenus, et ont sorti le gamin du véhicule.

L'épisode 4 est bien entendu consacré en partie sur Brooke qui n'arrive plus à faire confiance à Julian. Heureusement 2/3 paroles niaises de Haley suffisent à les rabibocher... Bref, je pensais que l'histoire, assez osée, aurait pu permettre un développement intéressant, et fragiliser énormément le couple. Mais non...

 

Quinn et Clay sont assez relou. Alors qu'on nous fait croire que Clay se drogue en épisode 3 on découvre en fait dans le suivant qu'il est victime de perte de mémoire et ne sait pas du tout ce qu'il fait... Il finit donc par se faire interner.

Heureusement on a le droit à des scènes de n'importe quoi, genre la confrontation avec le dealer (Quinn est vraiment conne...), ou avec Dan.

 

Je crois que je vais m'abstenir de commenter l'histoire de Milicent et Mouth, tournant autour de la prise de poids de ce dernier, parce que c'est vraiment honteux.

 

Sinon Alex est partie faire sa tournée, d'un coup, sans que son explication avec Chase ne nous soit montrée. Donc apparemment ils se sont séparés (oui c'est vraiment un motif de rupture...), parce que Chase est tout triste et couche avec une autre fille. Autre fille qui se révèle être en fait la copine de Chris Keller (comme par hasard...) et la propriétaire du nouveau café qui a ouvert en face de celui de Brooke et Haley (re comme par hasard...).

En tout cas c'est intéressant...

 

De son côté Haley a juste du souci avec son café, un concurrent ayant donc ouvert en face du sien. Et le fait qu'elle emploie Dan en cuisine n'aide logiquement pas ses affaires...

Sinon, cliff de malade en fin d'épisode 4 (j'espère qu'on en aura à chaque épisode !) : Nathan, qui devait revenir de son voyage en Europe, a disparu ! Qui a donc bien pu l'enlever ?!

 

Bref, One Tree Hill enclenche enfin la seconde vitesse et nous promet des épisodes dorénavant bien plus rythmés. Tant mieux !

 

 

Typh.

 

 

Trailer pour le prochain épisode : 

 

 

 

 

Repost 0

Twitter


Rechercher