Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 21:45

90210

 

Ah, 90210... Après une saison 4 des plus catastrophiques, il est bien évident que je n'attendais absolument pas son retour (et les américains non plus, visiblement, avec son audience pointant à peine à 1 million de téléspectateurs).
Ce que je ne comprends pas, c'est qu'un teen-drama classique ne doit pas être bon, mais divertissant et avec des personnages à peu près sympathiques. Ici, c'est tout l'inverse. Les histoires sont chiantes, les personnages sont fades et/ou insupportables et c'est très souvent ridicule. Je ne vois vraiment pas comment on peut trouver cette série divertissante...

 

L'épisode reprend directement là où la saison 4 s'était arrêtée. On replonge donc directement dans la médiocrité. Il faut même que je réfléchisse pour me souvenir ce qu'il arrive à tel ou tel connard personnage de la série...

 

Naomi et Max sont heureux et ce dernier la demande en mariage. Mais Naomi oblige, il fallait rajouter du cocasse ridicule à la situation. Ils sont pris dans une histoire de vol à main armée. WTF ?!?! C'était tout simplement honteux.

 

Teddy accepte d'être le "père" de l'enfant de Silver. Du coup, Liam et Navid font drôlement la gueule. J'avais complètement oublié cette intrigue. Putain, les gars, quand vous écrivez une storyline nulle à ce point, essayez de ne pas l'étendre sur deux saisons...

 

Le gros suspense de la saison 4, c'était bien évidemment l'accident de voiture de Dixon. La scène à la morgue était tout simplement hilarante. Les scénaristes ont quand même tenté de nous faire croire qu'il était bel et bien mort (ça a dû marcher sur les fans de la série...). En fait, il n'est pas mort, il est juste dans un très sale état et risque d'être paralysé. Mais c'est que c'est original, dis donc !!
Le retour de Debbie était, sinon, à l'image du personnage : fade et sans vie. Sympa le lifting, au passage, fais un procès à ton chirurgien, ma cocotte.

 

Enfin, Adrianna continue de chanter et rencontre Carly Rae Jepsen. L'apparition de celle-ci est purement commerciale. La pauvre n'a même pas à appris à faire un play-back décent. Le lip-sync était atroce.

 

En clair, un épisode à l'image de la série : complètement inintéressant. Il est temps que cette série s'arrête, ce n'est clairement plus possible de produire une nullité pareille. 

 

Alex.

 

Trailer pour le prochain épisode :

 


 

 
Repost 0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 01:40

Fringe

 

Enfer et Damnation ! Mon Dieu, mais qu'est-ce que c'était que cet épisode ? Il n'y a strictement rien à sauver de ces 40 minutes tant c'était vide d'intérêt. J'ai même trouvé le Season Premiere mieux, pour tout vous dire...

 

Cette semaine, nos héros se rendent dans l'ancien laboratoire d'Harvard. Pourquoi ? Hum, je ne sais plus... Toujours est-il que c'est l'occasion pour la série de nous dévoiler qu'elle n'a plus rien à dire. C'est simple, j'ai l'impression d'avoir vu la même scène répétée en boucle.
Toute la partie avec Etta qui "torture" le "méchant" était plutôt une torture envers le téléspectateur. L'intérêt de voir ça ? Le but ? La finalité ?
Puis, l'actrice est tellement fade...
À la fin, Walter récupère une cassette lui expliquant ce qu'il doit faire, mais surtout, on apprend que nos héros vont devoir trouver la suite des cassettes. Une quête qui s'annonce réellement palpitante. Non, mais franchement...

 

Je n'arrive vraiment pas à rentrer dans le délire de la saison. On nous impose le futur comme ça, sans explication, et j'ai vraiment du mal avec ce procédé. Comment avoir un quelconque intérêt pour une époque qui n'est pas introduite convenablement et qui n'est en rien la continuité de ce que l'on a vu durant 4 ans ? Je ne comprends vraiment pas.
Cette saison aurait pu être une mini-série complètement à part de l'univers de Fringe, que ça aurait été la même chose.
À la limite, si la storyline était intéressante... Mais ce n'est même pas le cas. On accumule les clichés sur un combat entre le Bien et le Mal... 
J'en viens même à regretter les stand-alone inutiles des deux premières saisons...

 

En clair, la saison ne me convainc toujours pas. Je suis réellement déçu que Fringe parte si une si mauvaise note, cette série m'ayant énormément touché lors des saisons précédentes...

 

Alex.

 

Trailer pour l'épisode 3 :

 


 

 

 

 

 

Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 14:35

Fringe

 

Après une saison 4 plutôt fade et mauvaise, je n'attendais vraiment pas le retour de Fringe pour sa dernière saison. Et encore moins lorsqu'on a appris que toute la saison serait la suite de l'épisode 19 de la saison dernière, lorsque nos héros étaient en 2036. Je trouve ça particulièrement osé de faire une fin de saison dans le futur, puisque ça efface complètement ce qu'on a suivi pendant 4 ans. Et autant le dire, je me fous complètement de ce qui peut leur arriver dans le futur, puisque, pour moi, "ça ne compte pas". Enfin, je me comprends.

 

Ce retour était assez catastrophique. Je n'ai jamais été pris dedans et je me demandais sans cesse ce que je faisais devant cette série qui, selon moi, n'est plus le Fringe d'antan.
Ce monde du futur ne m'intéresse pas, et encore moins pour une ultime saison. C'est comme si Lost avait fait une dernière saison se déroulant hors de l'île, ça n'aurait eu aucun intérêt.
Là, c'est pareil.

 


On suit, dans un premier temps, l'équipe qui va chercher Olivia. Une quête sans réel intérêt tant la tension n'est pas présente. Je pensais que ses retrouvailles avec sa fille seraient touchantes, mais non, j'ai trouvé ça plutôt mauvais. Je n'ai ressenti aucune émotion se dégageant de la scène. 
Par la suite, l'équipe essaie de sauver Walter, prisonnier des Obersvers. Même remarque que pour la première partie de l'épisode, rien de stressant là-dedans.

 

D'ailleurs, en parlant des Observers, je n'adhère pas du tout au fait qu'ils soient méchants, je n'y crois pas, et ce monde du futur ne me plaît définitivement pas.

 

En clair, un retour que je trouve complètement raté. Et dire que la série va se terminer comme ça, dans le futur... Encore 12 épisodes...

 

Alex.

 

Trailer pour la suite de la saison :

 


 

 

Repost 0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:39

 

Southland

 

Attention l'article révèle des éléments importants sur ces saisons !   

 

J'aurais avalé en un rien de temps ces quatre saisons de Southland. Il est néanmoins difficile d'en dire quoique ce soit de plus que dans ma critique de la première saison : cette série reste constante, demeure dans un esprit réaliste et ne joue pas sur les rebondissements, les cliffs, le suspense etc.

 

On pourra néanmoins regretter la facilité avec laquelle elle se débarrasse de certains personnages. Ainsi, Russel part brusquement, ne s'expliquant jamais clairement avec Lydia, Chickie n'est plus présente en dernière saison sans qu'aucune raison ne soit évoquée... Le pire restant tout de même le nouvel équipier de Lydia en saison 2 qui, alors qu'il semblait prendre de l'importance, disparaît entre deux épisodes...

La disparition tragique de Nate est par contre très bien traitée, et représente peut-être l'élément le plus surprenant de la série (cela se déroule en plein milieu de saison, sans que rien ne soit amené à l'avance, au contraire du traitement de la mort de personnages dans la plupart des séries). Tout ce qui s'en suit du côté de Sammy est certainement l'un des arcs les plus passionnants de la série.

 

Au delà de tout ça la série ne faiblit jamais vraiment, aucun épisode n'est à jeter. Certaines histoires peuvent sembler certes un peu moins intéressantes à suivre au premier abord, mais le traitement est tellement original et immersif qu'on ne trouve jamais rien à redire.

La dernière saison en date, la 4, remet en cause certains éléments de la série : Sammy fait désormais équipe avec Ben, tandis que John, lui, fait équipe avec une nouvelle du show : Jessica (Lucy Liu). Ca nous fait un peu sortir de la routine à laquelle on était jusque là habitué, et ce n'est pas mal du tout. J'ai particulièrement aimé le duo John/Jessica, et particulièrement toute l'intrigue de fin concernant le tir accidentel de Jessica sur un adolescent.

 

Bref, pas grand chose à rajouter de plus sur cette série. Peu de défauts à noter donc, et un côté addictif qui ne la quitte jamais.

 

 

Typh. 

Repost 0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 20:25

Desperate Housewives

 

Avec près de trois mois de retard, et je m'en excuse, voici venue la seule et l'unique : la critique du Series Finale de Desperate Housewives. C'est quand même quelque chose !
Pour marquer l'événement, j'ai même regardé ce double épisode en live des USA ! Une bien grave erreur...
Ceux qui suivent le blog régulièrement ne sont pas sans savoir que Typh et moi détestons cette série. Typh a même abandonné la série au début de la saison 7. La pauvre, elle n'a pas tenu le coup. D'un côté, je la comprends...


Moi, j'ai tenu, et j'ai regardé les 180 épisodes que comprend cette série. Mon Dieu, quand je repense à la première saison. J'ai dû la voir trois fois, et je ne m'en lasse pas. Cette série envoyait du lourd, et je n'ai pas honte de le dire. Suivie de trois autres saisons vraiment pas mal, la série nous a offert le pire dès la saison 5. Parodie, sur-place, la série est devenue une calamité sans nom. La saison 6 est, je pense, la plus honteuse de la série (rien que d'y repenser...), la septième était très chiante, mais je ne m'en souviens pratiquement plus du tout...
Le début de cette huitième et dernière saison m'avait plu, je m'en souviens, mais bien vite, les scénaristes nous ont ressorti une merde affreuse.


Bon, je dois avouer que je pensais tout de même ressentir quelque chose face à cet épisode final, mais non. C'était horrible. Explications.

 

Tout d'abord, il ne s'agit pas d'un double épisode final, mais de deux épisodes indépendants. Le premier sert de conclusion à l'intrigue de la saison, tandis que le second sert à terminer la série.
Dans la première partie, on suit donc le procès de Bree. Bon, ce n'était trop chiant, mais putain, qu'est-ce qu'on s'en fout... On sait très bien que les scénaristes n'ont aucune couille et qu'ils ne foutront pas Bree en prison, donc aucune tension ne se ressent. Franchement, j'étais le premier à dire du bien de l'intrigue d'Alejandro à la fin de la saison 7, mais c'était tellement mal traité... Ça a stagnait pendant un an, les scénaristes tuaient les personnages qui en savaient trop et on multipliait les pistes pour les oublier par la suite. Par exemple, soit c'est moi qui suis dingue, mais je crois qu'on a eu aucune suite à l'intrigue du flic qui voulait piéger Bree en falsifiant les preuve...
Je crois que je n'ai même pas envie de m'étendre sur la résolution de l'histoire qu'on suit depuis un an. Pour la fin, les scénaristes n'allaient pas changé leur bonne vieille habitude et nous offrir une dernière surprise. Non, non, Bree est innoncentée d'une façon totalement débile et simple. Un an qu'on nous saoule avec cette intrigue pour que ça se termine comme ça ? Bah putain...
En effet, on apprend que Karen ne va pas survivre à son cancer et qu'elle ne veut plus se battre. Elle décide donc de dire que c'est elle qui a tué Alejandro ! Mon Dieu, j'ai explosé de rire... Et comme elle va bientôt mourir, les juges décident de ne pas la mettre en prison ! Comme c'est mignon ! Gosh...
On termine sur une scène que j'ai plutôt aimé, par contre. Après avoir attendu pendant un an (c'était long...), Lynette et Tom se remettent enfin ensemble ! La scène était simple, mais ce couple est culte, la boucle est bouclée.

 

Concernant le vrai Series Finale, le vrai épisode final, j'ai une question : était-ce une blague ?
Non, parce que, déjà, à aucun moment on ne ressentait que c'était la fin, et c'était surtout hyper chiant et débile.
Alors, si, on tente de nous faire comprendre que c'est le dernier épisode, mais on est bien tiré par la main. Comme cette scène d'introduction, qui, je dois l'avouer, est plutôt mal et qui nous permet de découvrir la rencontre entre la cultissme Martha Huber et Mary-Alice. Amusant. Par contre, était-ce réellement nécessaire de nous faire un montage en accéléré de la série ? Mouais.
À part ça, les intrigues sont incroyablement fades et auraient pu se retrouver dans n'importe quel épisode.
Renee va se marie avec Ben. On gravite donc autour de cette intrigue. L'occasion d'offrir un dernier moment cocasse à la série avec Gaby et Renee qui volent une robe de marié. Je n'ai pas ri.
On a même droit à une scène infâme censée symboliser la vie, sur fond de "Wonderful, Wonderful". On voit, en parallèle, le mariage de Renee et Ben, la naissance de l'enfant de Julie et la mort de Karen. Même si les passages sur la mort de cette dernière sont assez tristes (bien que...), pourquoi nous avoir affligé ce montage ignoble représentant la vie (naissance, mariage, mort). On tombe dans les clichés et les bons sentiments, et c'est d'une lourdeur...
Les filles sont tellement soudées, que j'ai été surpris de la voix-off de Mary-Alice qui nous annonce qu'elles ne joueront plus jamais au poker ensemble. Cela signifie donc qu'elles ne se revoient plus ? C'est assez bizarre, après les 13 années mouvementées qu'elles ont passées ensemble !

 
On termine sur un montage pour le moins classique des housewives où l'on peut découvrir avec plaisir (ironie) que tout se termine bien pour elle. Ce petit flash-forward était bien mignon, mais je trouve qu'il a allait à l'encontre de la série. À ces débuts, rien n'allait, pour ces bonnes femmes et là, tout se termine bien. On apprend qu'elles ont, une à une, déménagé de Wisteria Lane.
Lynette et Tom déménagent 4 semaines après le Series Finale et vont s'installer à New-York où Lynette devient PDG. Ils ont un grand loft donnant sur Central Park. Hum... Ok.
Gaby, quant à elle, déménage un an plus tard. Elle ouvre son site de vêtements avec l'aide de Carlos et obtient sa propre émission de télévision. C'est tellement simple, la vie, dans cette série...

Enfin, Bree se marie avec son avocat (...) et quitte Fairview deux ans après Lynette. Elle se présente, je crois, pour rentrer dans la politique et est élue. J'ai bien ri.
La pauvre Susan, elle, n'a pas le droit à tout ça. En effet, c'est la première à déménager et elle n'a droit à aucune information sur son futur. C'est bien dommage.
On attaque alors la scène finale qui m'a offert un énorme fou rire (alors que ce n'était pas du tout l'effet recherché). Susan quitte Wisteria Lane et fait un dernier tour dans le quartier. Pourquoi pas, mais c'est après que ça se corse. On revoit tous les morts de la série habilés en blanc et qui regardent Susan partir. Qu'on voit Mike, à la limite, je veux bien, mais les autres... Qu'est-ce que c'était ridicule... C'était une honte sans précédent. La série a quand même fait fort ! Sincèrement, je suis le seul à trouver cet élément vraiment scandaleux ? Voir des morts en plein milieu de Wisteria Lane. On est dans Ghost Whisperer ou quoi ? Franchement...
Enfin, la séquence finale est, elle aussi, une complète blague. On découvre que la nouvelle voisine qui emménage chez Susan cache un terrible secret. L'idée, en soi, n'est pas mauvaise, ça permet de montrer que même si les housewives ne sont plus là, ce quartir continuera de vivre avec ses drames, mais damn, c'était tellement pourri, comme scène. Rien n'allait, que ça soit l'actrice, la voix-off ou le montage. Ça faisait parodie. Pour une fois qu'ils avaient une bonne idée...

 

En clair, une fin de série plutôt désastreuse. Le seul point positif, c'est que tout cela est terminé.
La série aura eu deux parties : des saisons 1 à 4 et des saisons 5 à 8. La deuxième étant une horreur, j'aurais regardé cette série pendant 4 ans tout en détestant. C'est quand même assez énorme. Encore une preuve que les "soap-opera" doivent s'arrêter quand il est encore temps.

 

En fait, ce qui va me manquer le plus, c'est de ne plus écrire de critiques sur la série. C'était quand même un moment que j'adorais. Que vais-je pouvoir détester, l'année prochaine ? Heureusement que 90210 est encore là !

 

Desperate Housewives
2004 - 2012
R.I.P.

 

Même si dans mon coeur, c'est plutôt : 


Desperate Housewives
2004 - 2008
R.I.P. 

 

Adieu !

 

Alex.

 

 


 

Repost 0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 00:02

 

Southland.jpg

 

 

L'article ne révèle pas d'éléments importants sur la saison.

 

 

 

Première courte saison de Southland, que j'ai enfin trouvé le temps de débuter. Seulement 7 épisodes pour sa première année d'existence, mais qui suffisent à installer efficacement le décor, les personnages, et les enjeux de cette série.

 

Southland est une plongée au cœur de la police de Los Angeles... Le vétéran John Cooper est chargé de former la jeune recrue Ben Sherman. Les méthodes brusques de son nouveau mentor vont pousser Sherman dans ses derniers retranchements et l'amener à se demander s'il a vraiment ce qu'il faut dans le ventre pour devenir un flic de L.A. De son côté, l'inspecteur Adams, qui vit toujours chez sa mère, fait équipe avec Russell Clarke, un homme malheureux en ménage et père de 3 enfants. L'inspecteur Daniel "Sal" Salinger supervise quant à lui Nate Moretta et Sammy Bryant, en charge des enquêtes sur les gangs. Quant à l'officier Chickie Brown, elle rêve de devenir la première femme à intégrer l'unité d'élite SWAT... (source Allociné).

 

La grande force de la série vient évidemment de sa réalisation, caméra à l'épaule, semblable à celle de Friday Night Lights par exemple, qui parvient à nous plonger au plus près des personnages. On entre de suite dans leur intimité, on s'attache très vite à eux, tandis que Los Angeles nous apparaît comme totalement oppressante (une vision assez peu ordinaire de la ville).

 

De suite Southland se place à l'opposé des cop-shows habituels. Les enquêtes piétinent, ne peuvent se résoudre en un tour de main, la police est surchargée, les fonds pour enquêter efficacement sont introuvables. On assiste à des choses tout bonnement incroyables, comme ces kits de viols datant de près de 10 ans que les experts n'ont toujours pas eu le temps d'analyser...

Les personnages impliqués dans les affaires ne disparaissent pas d'un épisode à l'autre, on peut les revoir par la suite, tandis que tous les personnages principaux ne sont pas forcément présent à chaque épisode.

On est donc bien loin des CSI et autre Criminal Minds, Southland a clairement une visée réaliste, nous plongeant quasiment dans un documentaire sur le Los Angeles inconnu du grand public.

 

Peu de choses à dire de plus sur une saison si courte, si ce n'est que c'est une série que je recommande déjà (malgré son générique qui me met Hélène Ségara dans la tête à chaque fois...), et qui me semble avoir des possibilités incroyables de développement pour la suite.

On nous livre aussi un petit cliff de fin de saison qui, même si on le voyait un peu venir, se révèle tout à fait efficace. J'ai donc particulièrement hâte de voir la saison 2, (malheureusement) tout aussi courte.

 

Typh.

 

Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 23:20

 90210

Vous l'aviez sans doute remarqué, j'ai complètement arrêté de poster les critiques de cette série à la moitié de saison. J'en avais assez de me répéter chaque semaine : 90210 est une série mauvaise dont il ne faut strictement rien attendre. C'est sidérant de débilité, un condensé de conneries comme j'ai rarement vu, se permettant en plus d'être en permanence extrêmement déplacé (il est quasiment toujours question d'argent, et il faut montrer sans arrêt combien les personnages en ont). Bref, mon avis depuis la saison 3 n'a pas évolué, même si j'avoue que cette saison est légèrement moins pénible.

 

Je ne vais pas m'attarder sur chaque personnage, ça ne sert à rien. Ils sont toujours aussi inintéressants et aux personnalités incohérentes. Je me demande d'ailleurs comment les pauvres acteurs arrivent à interpréter des personnages pareils, déjà qu'ils ne m'ont pas l'air doué à la base il faut en plus leur faire jouer des protagonistes vides, ou changeant de personnalité entre deux épisodes.

Je me rends compte qu'en 4 saisons je ne connais toujours pas vraiment les personnages, je suis incapable de savoir comment ils vont agir, ce qu'ils pensent ou ressentent. Ne parlons même pas des questions relationnelles parce que là c'est du n'importe quoi intégral. En gros dès qu'ils trouvent quelqu'un ils tombent amoureux. Mais pendant 2 épisodes max, après ils passent à autre chose. Les scénaristes n'ont d'ailleurs peur de rien, font coucher tout le monde avec tout le monde (bravo à Silver qui a enfin mis Liam dans son lit : maintenant elle a fait tous les mecs de la série). Ils sont aussi capables de nous sortir que Naomi est toujours raide dingue de Max, elle qui l'avait quitté pour le cow-boy, puis qui était super amoureuse du milliardaire avec qui elle devait se marier. Il n'y a aucun sens à ça, les scénaristes écrivent les histoires au fur et à mesure et ne cherchent jamais à créer un ensemble cohérent.

 

Je vais tout de même parler un peu de la fin de saison, et des cliffs censés nous faire tenir en haleine jusqu'à la rentrée...

Tout d'abord Silver veut un gosse (c'est maintenant ou jamais). Elle choisit donc Teddy (le retour !!!) pour être le père. Apparemment il n'a pas le choix, il doit se contenter d'être content d'avoir été choisi par sa BF.

On a aussi le droit à un autre retour : celui de Vanessa, la psychopathe amoureuse de Liam qui n'a absolument servi à rien cette année. Elle risque donc de nous saouler encore une année de plus, chouette !

Des retours, mais aussi un départ : celui d'Ivy. La meuf se barre pour vivre avec Diego, le sosie de Raj'. Elle ne dit au revoir à personne, n'a le droit à aucune scène d'adieux. En même temps je n'ai jamais compris pourquoi elle traînait avec ce groupe tant elle est différente. Je ne vais pas dire que je suis triste de l'avoir perdu, mais je trouve ça plutôt dommage, puisqu'elle était le personnage sans doute le moins pénible du show.

Le gros gros cliff concerne Dixon, qui a un accident de voiture. Vous avouerez que c'est terriblement original comme manière de finir une saison... Surtout qu'on avait déjà eu le droit à un accident de moto de Liam cette même année. Bref, les scénaristes sont vraiment des gros flemmards à tous les niveaux...

 

En clair, une saison très mauvaise pour 90210, dont j'attends toujours l'annulation avec grande impatience. En tout cas je suis heureuse que ça soit fini pour cette année.

 

Typh.

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 00:34

Fringe

 

Autant j'avais trouvé la première partie plutôt sympa, autant ce deuxième épisode était assez mauvais. Ça se regarde, mais je n'ai pas vu l'intérêt du truc, quoi. Et dire que la série aurait dû se terminer sur ça...

 

On a donc Walter qui se retrouve avec Bell. Ce dernier souhaite recréer le monde, comme à la Préhistoire. Ok, pourquoi pas...  Le problème, c'est que je m'en fous, et je n'arrive pas à rentrer dans l'intrigue.

 

De son côté, Astrid n'est pas morte (ouf !) et les deux autres partent à la recherche de Walter. Une quête sans intérêt, puisqu'on sait qu'ils vont le retrouver...
Au passage, la scène de l'hélicoptère au dessus du bateau m'a fortement rappelé la saison 4 de Lost, je tenais à le signaler !
Dans le genre "OMG", on a le moment où Walter tue Olivia. Moment assez inattendu, mais qui ne sert à rien, puisqu'ils la ressuscitent sans problème.

 

Dans les scènes finales, on a Olivia qui apprend qu'elle est enceinte (Pourquoi les scénaristes prennent 5 minutes pour le dire ? On le comprend de suite). C'est cool...
Enfin, Walter reçoit la visite de l'Observer qui lui annonce qu'ils arrivent. Qui arrivent ? Honnêtement, je m'en tape.

 

Au final, cet épisode clôt la saison à son image : sans intérêt et fade. J'aimais bien, au début, mais je me suis assez vite lassé. Heureusement que la saison 5 est la dernière, car la série a visiblement usé toutes ces cordes.

 

Alex. 

 

Trailer pour la saison 5 :

 


 

 


Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 02:37

Desperate Housewives

 

 

À un épisode du 2 Hour Series Finale, les scénaristes ne se mettent pas vaiment au boulot et continuent de nous servir une bonne soupe moisie. Navrant.

 

Ma chère Susan tente de faire comprendre à Porter qu'il doit porter un intérêt à Julie et au bébé qu'elle attend. Ce que cette conne ne comprend pas, c'est que Porter se tue au travail (il en a deux) pour avoir de l'argent pour son futur enfant. Du coup, l'intrigue n'a tout simplement aucun intérêt. Puis, voir Teri Hatcher est réellement une torture, pour moi.

 

L'année dernière, j'avais trouvé la séparation de Lynette et Tom plutôt bien. Au final, ça s'est révélé comme étant une grosse catastrophe scénaristique. Qu'est-ce que ça traîne... On sait très bien qu'ils s'aiment, pas la peine d'attendre le dernier épisode pour les remettre ensemble... Et encore, on risque de faire encore durer la chose, puisque l'intrigue se termine sur une scène honteuse : alors que Lee aide Lynette à essayer une robe, Tom débarque et pense que Lynette est avec un homme (un hétéro). N'importe quoi.

 

Le procès de Bree est vraiment mal géré. Qu'est-ce qu'on s'en fout ! Il est évident que Bree s'en sortira sans mal. Puis, cette intrigue avec son avocat est tout simplement déplorable. Ils vont finir en couple, et, en plus de ne pas du tout aller ensemble, c'est assez nul d'intégrer un couple au dernier moment...

 

Enfin, Gabrielle joue encore son égoïste et ne réalise pas que Bree se sacrifie pour elle et son mari. J'ai tout simplement explosé de rire lorsqu'elle réalise tout cela grâce à une métaphore plutôt déplorable avec ces deux filles. Encore et toujours, la série utilise des ficelles assez grosses. Gonflant.

 

En clair, j'ai juste envie d'une chose, c'est que la série se termine.

 

Alex.

 

Trailer pour le Series Finale :

 


 

Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 21:48

Fringe

 

Bon, je dois avouer que cet épisode était plutôt pas mal. Ce n'était pas excellent, mais c'était sympa. Une première partie de   qui lance les bases, et la fin m'a plutôt donné envie de voir la suite.

 

Tout commence sur une scène plutôt originale où des gens brûlent dès qu'ils sont en mouvement. Une bonne scène qui nous donne l'occasion de voir encore une personnage issu de l'univers Abrams : Charlotte de Lost.
Elle n'est pas forcément nécessaire, mais ses scènes étaient plutôt touchantes. Et puis, j'ai le sentiment que nous allons la revoir...

 

Grosse surprise de l'épisode, William Bell est vivant. Même si déjà amorcé dans l'épisode 19, j'ai été vraiment surpris. Bon, ça aurait été qu'on ne le voit qu'à la fin, mais c'était tout de même intéressant. Et les scènes où Walter essaie de persuader les autres qu'il est en vie m'ont vraiment plues. 

 

L'épisode marque également la mort de David Jones, dans une scène vraiment surprenante où Olivia développe des pouvoirs très étranges : elle peut contrôler le corps de Peter à distance. Ça sort un peu de nulle part, mais on verra bien comment le tout sera développé.

 

Enfin, l'épisode se termine sur une dernière plutôt mémorable où Walter et Astrid se font attaquer. Je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'Astrid se fasse tirer dessus ! Bon, elle ne va sans doute pas mourir, mais quand même ! Puis, j'espère vraiment qu'elle va s'en sortir ! Même si assez transparente, j'aime beaucoup le personnage.

 

En clair, un épisode solide de Fringe. En espérant que le dernier épisode ne soit pas aussi catastrophique que celui de l'année dernière.

 

Alex.

 

Trailer pour le prochain épisode :

 


 

 


 

 

Repost 0

Twitter


Rechercher