Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 12:22

 No Limit

 

Dans une tentative désespérée de vouloir rire un bon coup, j'ai décidé de regarder le pilot de No Limit, la nouvelle série évènement de Luc Besson diffusée sur TF1 tous les jeudis pendant trois semaines. Pour tout vous dire, j'ai bien ri, certes, mais je n'ai pas eu le courage de regarder le second épisode diffusé juste après.
Je me demande encore comment de telles séries peuvent être produites et autant marcher (7 millions de téléspectateurs).
C'est bien simple, tous les ingrédients des mauvais programmes de TF1 sont réunis dans cet épisode : acteurs au sommet de la médiocrité, réalisation digne d'une pub pour Vanish Oxi Action, scénario des plus ridicules, bref, une série à mettre entre Camping Paradis, Joséphine, Ange Gardien et Les Toqués et toutes les séries de ce genre.

 

No Limit, de quoi ça parle ?
Vincent, agent à la DGSE est atteint d’une maladie incurable. Il est contacté par un département secret qui lui propose un traitement expérimental en échange de missions spéciales sur le territoire français, qu’il accepte pour se rapprocher géographiquement de sa fille de 15 ans, de son ex-femme et de sa sœur, flic à la crime. Défis pour Vincent, il devra assumer en même temps la crise d’adolescence de sa fille, les états d’âme de son ex et éviter que sa sœur, flic, ne le reconnaisse alors qu’il n’est officiellement qu’un simple poseur d’alarmes… (Source : AlloCiné)

 

Un synopsis très intéressant et très recherché, vous en conviendrez !
À la limite, pourquoi pas, mais comme cela le laissait entendre, c'est tout bonnement honteux et le tout donne un épisode pilot d'une nullité rarement atteinte. 

 

À commencer par cette première scène, où Vincent se retrouve au Mali, au beau milieu d'une fusillade, mais il prend le temps d'appeler sa fille pour lui souhaiter un bon anniversaire. Le personnage ira même jusqu'à chanter "Joyeux anniversaire" alors qu'il se fait canarder dessus. Une entrée en matière des plus originales et qui nous donne le ton dès le début : oui, ça va être ridicule.

 

Mais si seulement ça s'arrêtait là. Je pourrais revenir sur toutes les scènes honteuses de l'épisode, mais ça serait trop long. Le pire, c'est que c'est hyper mal joué, mais que ce n'est pas drôle, on ressent juste beaucoup de peine pour ce casting.

 

La réalisation est des plus honteuses. Franchement, des trucs mal filmé, j'en vois à la pelle, mais là, c'était quand même quelque chose... Dans mes souvenirs, même les premiers épisodes Sous Le Soleil étaient mieux filmés que ça. Mais bon, le tout est conditionné pour le public beauf type de TF1, on ne va pas quand même pas faire des efforts sur des détails puisque de toute manière, le programme va cartonner.
Bien évidemment, le tout est accompagné de moments voulant être cocasses (c'est le même humour dans toutes les productions de la chaîne, donc je vous laisse analyser le niveau du truc) et de petites musiques d'ambiances tout droit tirées d'un logiciel de mixage des années 80. 
Les personnages sont tous stéréotypés, bien évidemment, et les acteurs ont l'air de se demander où ils se trouvent.

 

Le gros de la série, c'est bien entendu ses scènes d'action. Et quelles scènes !! Entre Vincent qui est aussi discret qu'une otarie dans un aquarium ou des cascades copier-coller des autres productions de Luc Besson, je me demande si un seul téléspectateur s'est senti au coeur de l'action, durant cet épisode. 
J'ai également une question, la série se déroule sur la Côte d'Azur et les personnages parlent tous français, donc pourquoi tous les gadgets du héros sont en anglais ? Ça fait classe de voir un PDA avec plein de phrases en anglais dessus ? TF1 s'est peut-être dit que la mère de famille habituée à regarder Camping Paradis serait éblouie par cette technologie venue d'ailleurs.
Mention spéciale aux locaux de l'agence secrète qui dispose énormément d'écrans et moniteurs informatiques, dont un qui diffuse la météo de Catherine Laborde.
Dois-je parler de l'utilisation abusive des split-screen ? C'est réservé à 24, ça. 

 

Vous l'aurez compris, je trouve cette série des plus catastrophiques. J'en étais même attéré. Mais au bout de 30 minutes, le ridicule ne fait même plus rire et devient consternant, puis chiant.

 

En clair, un pilot des plus désastreux.

 

Alex.

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 00:51

 

Ainsi Soient-Ils

 

 

Fin de saison plutôt réussie pour Ainsi Soient-Ils, qui n'aura pas eu peur de prendre des décisions plutôt extrêmes. On se demande donc à quoi la saison 2 va bien pouvoir ressembler, les événements de ces derniers épisodes se révélant à l'opposé de tout ce qu'on aurait pu imaginer.

 

Cette fin de saison marque donc des changements importants au séminaire. C'est le bras droit de Fromanger qui reprend les rênes de l'établissement, et les choses risquent d'être désormais beaucoup moins cools, puisqu'il représente un catholicisme bien plus conservateur que son prédécesseur.

 

Au niveau des élèves aussi les choses bougent : Emmanuel quitte le séminaire, ayant conscience de l'avoir intégré pour de mauvaises raisons. Sa séparation avec Guillaume est plutôt triste, même si les choses être les deux ont vraiment été précipitées,  à cause du nombre très réduits d'épisodes sans doute. Difficile de croire qu'ils s'aiment déjà profondément alors qu'on ne les aura au final que peu vu ensemble.

Yann, qui a douté un long moment de sa foi, décide de rester au sein du séminaire, tout comme Guillaume (qui dit donc adieu à l'homme qu'il aime) et Raphaël (qui décide également de diriger l'entreprise familiale).

José, lui, est laissé bien mal en point. Après avoir attaqué le nouveau directeur il part voir la famille du Russe qu'il a tué, souhaitant avoir leur pardon. Evidemment cela tourne mal et ceux-ci décident de l'éliminer. La toute fin laisse néanmoins entrevoir qu'il est toujours en vie (ce qui est assez impossible sans porter de gilet pare-balles à mon avis...) et donc qu'il sera sans doute de retour dans la saison suivante. Je vois mal comment il pourrait réintégrer le séminaire néanmoins.

 

Les histoires du Vatican ne m'auront malheureusement jamais captivée. Je n'ai jamais su saisir ce qu'il s'y passait véritablement. Et puis avec la mort malheureuse de Michel Duchaussoy après le tournage de cette première saison les scénaristes vont sans doute devoir tout revoir de ce côté pour la saison 2.

 

Dans l'ensemble cette première saison d'Ainsi Soient-Ils s'est donc révélée plutôt bonne, même s'il a fallu attendre la mi-saison pour que l'ensemble devienne réellement intéressant. Je pense que les scénaristes ont vraiment de quoi faire pour rendre cette série encore meilleure (elle a énormément de potentiel en tout cas) et j'attends donc déjà la saison 2.

 

Typh. 

 

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 12:58

 

Ainsi Soient-Ils

 

 

Deux bons épisodes cette semaine d'Ainsi Soient-Ils. La série devient progressivement meilleure, car s'attachant de plus en plus à ses personnages. Dommage que la saison soit si courte (plus que 2 épisodes), elle n'aura jamais eu le temps de réellement décoller.

 

Ces deux épisodes sont riches en événements pour nos séminaristes (sauf peut-être à l'exception de José qui n'est finalement pas vraiment mis en avant comme je l'avais imaginé devant le pilot).

Les histoires de famille de Raphaël prennent une dimension dramatique avec le suicide de son frère (suicide causé par leur père). Une histoire que j'ai trouvé bonne et particulièrement difficile. Raphaël est par ailleurs un bon personnage, et n'est plus le simple gosse de riches présenté en début de série.

 

Guillaume et Emmanuel se rapprochent eux énormément, finissant même par coucher ensemble.

Bon c'est pas parce qu'il y a deux homosexuels qu'ils sont obligés d'être ensemble... Au delà de ça j'ai trouvé ça plutôt bien (je n'aurais sincèrement jamais imaginé une histoire pareille au vu du synopsis de la série...). Et puis Guillaume peut sans doute être un bon élément pour Emmanuel qui semble être un personnage profondément triste (ne s'acceptant pas).

 

Bizarrement c'est l'axe concernant Yann qui m'intéresse le plus, alors qu'il s'agit sans doute du plus classique... Il continue d'aider Camille pour son concert, et finira, alors qu'il était drogué, par coucher avec elle.

Je trouve que le duo Yann/Camille marche vraiment très bien (peut-être parce qu'ils sont opposés en tout point). Et la remise en question de Yann est très intéressante, lui qui n'avait jusque là jamais douté du fait de vouloir devenir prêtre. Bon et puis on a une réplique vraiment très drôle de Camille, quand Yann dit avoir ressenti l'appel de Dieu pour la première fois. C'était assez osé.

 

J'ai toujours du mal avec tout ce qui concerne le Vatican. C'est vraiment très éloigné du reste et pas franchement passionnant. La série devrait s'attarder seulement sur ses séminaristes, il y a déjà largement de quoi faire.

 

Bref, deux épisodes que j'ai pris beaucoup de plaisir à voir. J'espère que les deux épisodes finaux seront tout aussi bons (voir meilleurs), on aura ainsi une première saison tout à fait bonne.

 

Typh. 

 

Repost 0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 21:33

 

Ainsi Soient-Ils

 

 

Deux épisodes assez bons encore une fois pour Ainsi Soient-Ils, nous permettant d'en savoir un peu plus sur les différents protagonistes. L'ensemble est tout de même loin d'être sans défaut, la série souffrant d'une écriture par moment assez faible.

 

L'épisode 3 était selon moi plus réussi que le 4. Cet épisode nous permet en effet de suivre individuellement chacun des séminaristes. Les différentes histoires ne sont pas toutes du même niveau, mais l'ensemble est plutôt intéressant à suivre (l'axe concernant l'avortement de la soeur de Guillaume tire tout de même son épingle du jeu).

Toute la partie à la fac m'a semblée par contre assez irréaliste. Je ne pense sincèrement pas qu'en réalité des étudiants choisiraient de quitter un cours seulement à cause de cinq séminaristes dans l'amphi... De plus les répliques de chacun des étudiants m'ont paru sur-écrites...

 

L'épisode 4, se déroulant à Noël, était lui aussi assez bon, mais m'a légèrement moins intéressée. L'idée du prêtre qui ne veut pas donner la messe était par contre très bonne.

J'ai un peu de mal avec l'histoire d'Emmanuel. Souhaiterait-il devenir prêtre uniquement parce qu'il se sent coupable de son homosexualité ? Je trouve le traitement de cette histoire peu claire, à voir comment cela se développe.

 

Toute la partie concernant les conflits entre le Père Fromenger et Monseigneur Roman n'arrive pas à me passionner. Je ne sais pas trop pourquoi mais je n'arrive pas à entrer dedans... Néanmoins voir que le Père Fromenger est loin d'être super clean et qu'il magouille de son côté peut être un point intéressant pour la suite.

 

Bref, Ainsi Soient-Ils continue de façon tout à fait honorable son chemin, sans être cependant vraiment excellente.

 

 

Typh. 

Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 00:30

 

Ainsi-Soient-Ils.jpg

 

 

Nouvelle série d'Arte, Ainsi soient-ils a été un franc succès en terme d'audiences (1,5 millions de téléspectateurs, chose peu commune sur la chaîne). Il faut dire que la promo a été assez importante, et que les critiques presses sont dans l'ensemble très positives.

J'ai regardé par simple curiosité ces deux premiers épisodes, qui se sont révélés être plutôt bons. On sent que la série a du potentiel et que le meilleur est encore à venir.

 

Septembre 2011, Paris. Cinq jeunes candidats à la prêtrise sont sur le point de changer radicalement de vie. En entrant au Séminaire des Capucins, ils vont apprendre à suivre la voie de Dieu et devenir ses ministres. D’où viennent-ils ? Quelles expériences de joie, de douleurs ont-ils vécu ? Autant de questions qui hantent le Père Fromenger, directeur légendaire du Séminaire, et son dévoué bras droit, le Père Bosco, lorsqu'ils accueillent José, Raphaël, Yann, Guillaume et Emmanuel dans leur nouveau monde.

En partageant leurs espérances, leurs doutes, leurs épreuves quotidiennes, nous découvrons un monde fascinant, mystérieux, l’Eglise, qui nous mènera jusqu’au Vatican et ses coulisses politiques. Une plongée haletante dans un univers secret (source Allociné).

 

Tout d'abord relevons l'originalité du projet. Car en dehors des deux versions des Borgia (séries historiques donc) aucune série ne s'est, me semble-t-il, intéressée d'aussi près à la question de l'Eglise. L'angle d'approche est très intéressant et nous révèle un monde à mon avis plutôt inconnu pour la plupart d'entre nous, à savoir le séminaire.

 

La série nous présente d'emblée 5 personnages principaux, malheureusement assez caricaturaux au premier abord (celui qui sort de prison, le gosse de riches etc.). Le second épisode parvient déjà à les rendre un peu plus subtils car un peu plus présents à l'écran. Il ne fait pas de doute que la suite poursuivra dans ce sens. Difficile néanmoins d'en dire plus sur chacun d'eux pour le moment, même si le personnage de José semble se dégager un peu des autres.

On s'intéressera également à un conflit entre le Père Fromenger et Monseigneur Roman (l'excellent Michel Duchaussoy) qui fait prendre à la série une dimension politique bienvenue.

La série s'oriente donc vers quelque chose d'assez intimiste du côté de ses personnages principaux, mais s'intéressera également de manière plus large à la question de l'Eglise, et de ses conflits internes.

 

Bref deux épisodes plutôt réussis, qui posent assez bien les bases de la série. De plus la réalisation est soignée, et les acteurs convaincants dans l'ensemble. Reste à savoir désormais si la série va parvenir à gagner en subtilité par la suite.

 

Typh. 

 

Repost 0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 00:17

 

Engrenages

 

 

Deux épisodes assez bons pour conclure cette saison 4 d'Engrenages. Bien sûr on est toujours loin du meilleur de la série, mais les épisodes m'ont paru plutôt supérieurs à la moyenne de la saison. La toute dernière scène est elle vraiment bonne, et pas mal touchante. Dommage qu'il m'ait fallu attendre les dernières secondes de la saison pour retrouver l'émotion présente largement durant les années précédentes...

 

L'histoire du trafic d'armes et des activistes d'extrême gauche se termine plutôt faiblement. La police restera toujours à la ramasse, et les rivalités entre le chef de la DCRI et celui de la DPJ sont absolument ridicules. D'accord je veux bien qu'ils aient tous les deux de grandes ambitions professionnelles, pouvant les amener à faire des conneries, mais se tirer dans les pattes alors qu'une bombe est sur le point d'exploser c'est difficile à croire quand même... Le monde d'Engrenages est vraiment parsemé de personnes pitoyables...

Il faudra attendre la fin dans le commissariat pour retrouver un peu de la tension caractéristique de la série. Bon réunir à peu près tous les personnages de la série au même endroit nous indique bien que le commissariat entier ne va pas sauter... Restait à savoir si les scénaristes allaient osé se débarrasser d'au moins de l'un de ses personnages... C'est notre pauvre Sami qui y passera, qui préférait jouer au héros en tentant de désamorcer la bombe plutôt que de se mettre à l'abri. Bizarrement la perte de ce personnage ne m'attriste pas plus que ça (la fin de saison 2, où je stressais comme pas possible pour qu'il s'en sorte, me paraît très loin...). C'est plutôt la réaction de Laure face à cela qui m'a réellement touchée. J'ai trouvé ça assez bouleversant, mais ça aurait pu l'être bien plus si leur relation avait été mieux traitée au cours de cette saison...

Je me demande si on va pas aussi dire adieu à Tintin, enfin s'il ne va pas quitter la police. Le personnage était déjà très mal en point, mais là il risque de ne pas s'en remettre...

 

On s'étonnera de voir à quel point les choses se terminent bien pour Joséphine, Pierre et Roban. J'étais persuadée que les scénaristes allaient, comme en saison 3, nous sortir des fins dramatiques pour tous les personnages. Je suis donc étonnée, et plutôt heureuse.

Joséphine parvient à sauver les sans-abris (je n'arrive toujours pas à croire que ce personnage puisse agir comme ça) tandis que Pierre n'a plus de souci avec Jorkal, puisque tué par sa femme (l'histoire aura été jusqu'au bout inutile et ridicule...). Et puis Pierre revient vers Joséphine et les voilà heureux...

Roban s'en sort lui aussi très bien, retrouvant son travail. Par contre il a maintenant une dette envers les Francs-Maçons qui sont derrière tout ça... Peut-être une piste pour la saison 5 à venir, pourquoi pas. Sa greffière à la fin m'a plutôt fait de la peine, mais on sait bien que ces deux là vont finir par se mettre ensemble...

 

Dans l'ensemble cette saison n'aura donc pas été très glorieuse... Il s'agit sans problème de la moins bonne de la série (la saison 1 avait certes de gros soucis de mise en scène et d'écriture mais parvenait à être par moment réellement captivante). Cette saison aura été très terne, n'aura jamais vraiment connu de moments d'éclat. Le pire vient sans doute des problèmes d'écriture qui ont grandement tiré la saison vers le bas, notamment en ce qui concerne les personnages. Jamais la série n'avait brossé ses personnages aussi grossièrement, notamment en ce qui concerne les secondaires. La vision de l'extrême-gauche des scénaristes notamment est tout de même vraiment ridicule... Les histoires aussi auront été traitées souvent par dessus la jambe (l'histoire de Gilou et le club voulant resté ouvert après 2h, Laure et l'enquête de l'IGS etc.). La saison a souffert à mon avis d'un trop gros nombres d'histoires.

Ne crachons tout de même pas sur tout, la série reste supérieure à beaucoup d'autres actuelles. Je suis loin d'avoir détesté la saison, elle a connu de bons moments, et la réalisation reste très soignée.

 

Bref, Engrenages s'en va sur deux épisodes assez bons. J'espère néanmoins que la saison 5 (qui devrait normalement réunir tous les personnages autour d'une même histoire) sera de meilleure qualité, et me refera revivre l'intensité connue durant les premières saisons de la série.

 

 

Typh. 

Repost 0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 22:20

 

Engrenages

 

 

Deux épisodes légèrement supérieurs au reste de la saison, mais toujours très loin des grandes heures de la série. Les défauts de la saison restent les mêmes, l'écriture est bien moins maîtrisée qu'auparavant...

 

Les deux intrigues de la saison (le trafic d'armes et les activistes d'extrême gauche) partaient d'un même point de départ, le centre où étaient placés les immigrés en situation irrégulière. Les histoires avaient ensuite dévié chacune de leur côté (les flics s'intéressant davantage aux armes, Joséphine à Thomas) pour finir par se rejoindre de nouveau en fin de saison. Car Thomas a besoin d'armes et va donc, évidemment, se joindre au trafic sur lequel Laure et les autres enquêtent.

Je trouve ça très facile comme moyen de relier ses deux intrigues, mais bon, pourquoi pas. Les faire se rejoindre pourra sans doute permettre de donner de l'intérêt à chacune d'elles (qui en manque pour le moment terriblement) pour les derniers épisodes de la saison. A voir...

 

Joséphine est pas mal mise en avant dans l'épisode 9, qui verra même le personnage faire une tentative de suicide. Il faut dire que la pauvre a le don pour tomber sur des gens très méchants. Je crois que seuls Laure, Tintin et Gillou sont des flics gentils en fait. Le mec de la DCRI était un pur connard, ici il en va de même pour un autre policier la soupçonnant d'avoir prévenu les sans-papiers de l'arrivée de la police. Même si Joséphine, aidée de Pierre, parvient à passer pour innocente le personnage n'est pas plus heureux. Pierre la rejette totalement (ce qui est compréhensible) et elle finira par s'ouvrir les veines dans sa baignoire...

On se doutait bien que le personnage n'allait pas y passer, mais je n'imaginais pas que Joséphine irait si loin. Il faut dire que les scénaristes ne l'ont absolument pas épargnée cette saison (mais il en va un peu de même pour tous les personnages)... Je ne sais pas trop ce qu'ils prévoient désormais pour le personnage, mais si elle pouvait sortir un peu la tête de l'eau ça ne serait pas plus mal. Il reste néanmoins le fait qu'il s'agisse de l'un des meilleurs personnages de la série, et le seul qui parvient encore un peu à émouvoir.

 

Du côté de Pierre aussi les choses vont mal, ce qui était évident vu le client qu'il s'est choisi. Mais bizarrement quand de grands méchants veulent faire passer un message au fameux client ils s'en prennent à Pierre (pas à sa femme ou ses enfants hein, non à son avocat, comme s'il était super proche de lui...). On ne le dira jamais assez, avocat est un métier très risqué...

Bon sincèrement je trouve cette intrigue complètement inintéressante, et le personnage de Pierre toujours aussi transparent. Et puis Pierre savait très bien où il mettait les pieds, donc difficile d'éprouver de la peine pour lui...

 

L'histoire du juge Roban était un peu plus intéressante que d'habitude, les scénaristes laissant entrevoir un léger espoir pour le personnage. En effet le juge entend parler d'une affaire de viols semblables à la sienne qui innocenterait totalement Raulic (de l'ADN du violeur ayant été relevé). Les prochains épisodes verront sans doute les efforts de Roban pour faire tomber Garnier, permettant de prouver qu'il a lui-même bien accompli son travail. Mais connaissant les scénaristes il ne m'étonnerait pas qu'une autre tuile tombe sur Roban, il ne faudrait pas que le personnage s'en sorte trop facilement...

 

Bref, deux épisodes présentant un peu plus d'intérêt que les précédents, les personnages étant peut-être un peu plus mis en avant (Joséphine, mais aussi la peur de Tintin lorsqu'il se retrouve sur le terrain, ou encore le triangle amoureux autour de Laure). Attendons à présent de voir ce que la série nous réserve pour ses derniers épisodes, en espérant que cela relève le niveau d'une saison malheureusement moyenne...

 

Typh. 

 

Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 01:52

 

Engrenages

 

 

Encore et toujours les mêmes soucis avec Engrenages cette année... Il y a de gros problèmes de rigueur dans l'écriture, et cela se ressent aussi bien dans les affaires qu'au niveau des personnages. La saison 2 de la série paraît bien loin...

 

Au niveau des affaires policières l'intrigue autour de Thomas semble avoir disparue. Tout du moins elle ne concerne plus du tout Laure et les autres mais uniquement le personnage de Joséphine. La grosse affaire de la saison étant donc apparemment plutôt du côté du trafic d'armes, histoire loin d'être follement passionnante... Rien de vraiment captivant ici, même l'échange (que Tintin a raté) n'avait rien de stressant.

Ce qu'il arrive à Tintin est peut-être le plus intéressant d'ailleurs, permettant enfin à son personnage d'exister. Et puis maintenant ça va être au tour de Gillou de l'aider (à couvrir son erreur, et à l'aider dans ses problèmes médicaux) ce qui est inédit.

 

Tout ce qui concerne Joséphine, Thomas, et les flics qui exercent du chantage sur l'avocate manque également de moments forts. Et puis aussi bien Thomas que le flic de la DCRI sont tout de même des personnages très caricaturaux...

Joséphine est un personnage toujours aussi incompréhensible, se permettant de vrais moments de gentillesse (son attitude envers les sans-abris) comme des pires crasses (ici en remettant les fautes sur Sophie). La trajectoire du personnage de Sophie est d'ailleurs particulièrement dramatique...

Il reste que Joséphine reste un personnage intéressant de part son côté totalement autodestructeur, comme se refusant à tout bonheur (elle pourrait vivre une histoire simple avec Pierre mais continue de jouer avec le feu en étant proche de Thomas).

 

Pierre, lui, est toujours aussi inintéressant. Son histoire est bien trop éloignée du reste pour vraiment passionner, et certaines choses sont résolues avec une facilité déconcertante... Le procès de son client était bien ridicule, Pierre faisant pression sur le juge qui commet l'erreur totalement stupide de donner clairement son avis sur le suspect devant les jurés. Il a donc de la chance de tomber sur le juge le plus incompétent du monde...

Bon et puis notre gentil Pierre devient méconnaissable, devenant une sorte de Joséphine bis, n'ayant plus peur de rien pour faire du fric. Je ne sais pas, les scénaristes trouvent peut-être que c'est donner de la profondeur au personnage de le faire agir comme ça parce que "personne n'est tout blanc ou tout noir". Ok, mais c'est complètement incohérent avec le personnage présenté dans les saisons passées...

 

On a le droit à une petite surprise cette semaine (sauf si vous vous êtes faits spoiler comme moi...) : le retour de Sami, petit ami de Laure en saison 2.

Je suis plutôt contente de ça, je l'aimais beaucoup, et je trouve qu'ils formaient un couple original et joli tous les deux.

On essaie de justifier son départ de la série après la saison 2 par le fait qu'il avait été assigné à une autre mission d'infiltration, qui l'a empêché de dire au revoir à Laure. Mais si il revient (je ne sais combien d'années après) c'est pour elle. Bon, passons...

J'attends de voir ce que va donner ce retour. J'espère que ça donnera un peu d'épaisseur au personnage de Laure, qui me paraît très fade et lointain cette année.

 

Je passe sur Roban qui a une histoire inutile qui ne m'intéresse pas du tout (les scénaristes essaient encore de le couler au maximum, comme si tout ce qu'il avait vécu ne suffisait pas), ou encore l'histoire de Gillou résolue de manière totalement bâclée (les mecs du bar sont arrêtés, et Gillou arrive à récupérer les preuves l'incriminant).

 

En clair Engrenages continue de me décevoir cette année. J'ai l'impression de me retrouver devant une saison écrite au fur et à mesure, et non pensée comme un tout (ce qui était le cas lors des deux premières saisons). Les intrigues se multiplient, les histoires se dispersent, et rien n'arrive à me captiver. Dommage.

 

 

Typh. 

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 23:28

 

Engrenages

 

 

Deux épisodes à mon avis bien plus réussis que ceux de la semaine passée, même si la série est toujours loin d'être à son meilleur niveau. On soulèvera ici notamment de vrais soucis de clarté, les histoires se complexifiant il me semble beaucoup trop, nous laissant un peu sur le côté...

 

Tintin, comme prévu, n'est pas mort de sa blessure de la semaine dernière. Je pensais même qu'il allait être plus mal en point que cela, mais au final il n'a rien de très grave.

Je pensais que ce cliff allait nous permettre de découvrir un peu plus le personnage, mais je n'y crois plus trop finalement (ah si on découvre sa femme...). Je me trompe peut-être, les conséquences de sa blessure sur lui et sa famille pouvant toujours être traitées par la suite.

 

Ce qui marquera ces deux épisodes est évidemment la merde dans laquelle chacun des personnages est en train de se mettre.

Gillou ne prend pas conscience de suite que les hommes voulant ouvrir leur bar la nuit sont particulièrement dangereux. Son indic sera tué, avec une arme qu'il aura été obligé de leur donner. Bref Gillou, comme d'habitude, se met dans des situations pas possibles et ça me plaît bien. Par contre j'aimerais bien qu'on m'explique d'où vient le pistolet : Gillou le récupère dans la cave de Tintin ? Comment sait-il qu'une arme est planquée là ? Enfin bref...

Joséphine aussi est en très mauvaise posture, puisque jouant un double jeu avec la police, leur livrant de fausses infos sur Thomas pour pouvoir continuer d'exercer son métier (je n'ai d'ailleurs strictement rien compris au chantage que lui font les flics vis-à-vis de Pierre...). Je me serais par contre bien passée encore une fois de l'enfance de Joséphine tentant de nous expliquer son aversion envers la police tant cela me paraît facile.

Pierre également semble sur une mauvaise pente, puisque continuant de travailler avec son méchant client... Ca ne ressemble absolument pas au personnage de Pierre d'agir de la sorte, mais j'ai l'impression que les scénaristes ne savent pas quoi faire de lui (ça me semble être le cas depuis la saison 2 en fait...).

 

Quant aux histoires mêmes on a une grosse avancée sur le kurde s'étant immolé dans l'épisode 2, cela nous conduisant tout droit dans une affaire de trafic d'armes.

Une histoire en soi intéressante je trouve, mais je trouve plutôt étrange le choix des scénaristes d'avoir mis les flics sur deux histoires différentes en même temps (les activistes d'extrême gauche et ce réseau de trafics d'armes). Je ne pense pas que les histoires seront liées (cela serait bien tiré par les cheveux), mais j'ai comme l'impression qu'ils n'avaient pas franchement assez de matière pour remplir les 12 épisodes de la saison. Du coup on balance entre les deux affaires...

L'histoire de juge Roban a elle des retombées dramatiques mais toutes logiques : ayant fait libérer le violeur présumé une des victimes se suicide. Voilà le deuxième suicide que Roban a sur le dos... J'attends de voir ce que la série va faire de cela maintenant, ayant un peu marre de voir que la série s'amuse à faire subir les pires horreurs à ses personnages sans qu'ensuite rien ne change vraiment.

 

Bref, je peux sembler un peu dure dans ma critique mais j'ai trouvé ces deux épisodes plutôt réussis, si on s'accroche pour bien tout suivre. Il faut voir maintenant ce que la série va oser faire de toutes les pistes qu'elle a lancées.

 

Typh. 

 

Repost 0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 23:14

 

Engrenages

 

 

Bon, après un début de saison très réussi la semaine passée je dois dire que ces épisodes-ci m'ont un peu déçue, quelques gros défauts de la série faisant leur réapparition. C'est tout de même dans l'ensemble de plutôt bonne facture, mais très loin du meilleur de la série.

 

Au niveau de l'enquête principale pas de réelles avancées cette semaine. Thomas échappe de peu aux policiers, et l'immolation du kurde est mise quelque peu de côté (Gillou s'en occupe vraisemblablement seul). 

Là je n'ai pas grand chose à redire, même si on n'avance pas ça reste tout à fait passionnant à voir, et nous montrer les instants de vide des investigations est tout l'intérêt de la série.

 

L'histoire incompréhensible de Gillou la semaine passée prend ici tout son sens : un indic lui a indiqué le vol d'une bijouterie. Cela amènera au cliff du second épisode : Tintin se fait grièvement tiré dessus.

Un cliff efficace et, même si je ne pense pas que Tintin y laissera sa peau, qui peut amener du très bon dans la suite. Je me faisais d'ailleurs la réflexion durant l'épisode que Tintin était réellement un personnage sous-exploité, cela sera peut-être corrigé ici.

 

Du côté des bonnes choses nous avons aussi le retour du juge Roban, l'un des meilleurs personnage de la série. Il aura apparemment une histoire sans lien avec les autres personnages, mais pourquoi pas. Il s'agit ici d'une histoire de viol, au fond assez classique, mais qui est bien partie pour être excellente, puisque Roban aura vraisemblablement de nombreux bâtons dans les roues.

 

Passons maintenant aux choses qui fâchent, c'est-à-dire l'écriture des personnages... La rigueur avec laquelle est écrite à chaque fois les enquêtes manque cruellement aux personnages...

Tout d'abord je suis très embêtée par l'affaire de Laure, et du meurtre de Ronaldo (affaire qui a l'air close cette semaine). Pourquoi strictement aucun personnage ne remet en cause le geste de Laure ? Les seuls allant contre elle, son collègue et le juge, nous sont présentés comme les casse-couilles de service (surtout dans le cas du juge). Il y a quand même eu un meurtre ! J'ai vraiment du mal à accepter ce choix fait par la série.

Le personnage de Laure m'apparaît d'ailleurs bien terne comparé aux saisons précédentes. Gillou semble lui néanmoins un peu plus intéressant, même si on se demande bien pourquoi ses sentiments envers Laure ont si vite disparus... En tout cas il semble gagner un peu de confiance en lui, et cela peut amener du bon dans la suite.

 

Le plus gros n'importe quoi de la semaine vient du côté de Joséphine, dont les scénaristes ne savent définitivement pas quoi faire. Il est impossible de savoir comment le personnage va agir, ce qu'elle pense réellement (on est loin de la Joséphine connasse au possible mais pourtant plutôt touchante de la saison 2). Ici, elle semble prendre en pitié ces familles de sans-abris, ce qui semble très difficile à croire.

Le pire vient sans doute de la scène du mariage de sa soeur (ce qui débarque de nulle part) qui nous révèlera que Joséphine a eu une enfance très difficile. Bah oui, si c'est une connasse c'est qu'elle a forcément un père méchant... On ne félicitera donc pas l'originalité des scénaristes, qui avaient pourtant jusqu'ici très intelligemment négligé de nous parler de son passé.

 

Bref, c'est donc deux épisodes plutôt décevants que nous offre Engrenages cette semaine. Je ne condamne bien évidemment pas de suite la saison (nous n'en sommes même pas à la moitié), je reste toujours aussi curieuse de voir la suite.

 

Typh. 

 

 

Repost 0

Twitter


Rechercher