Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 22:55

 

The Master

 

 

The Master, nouveau long-métrage de Paul Thomas Anderson (Magnolia, There Will Be Blood…), est un film qui m’a laissée malheureusement de marbre. Le film ne semble ne rien raconter au final, les scènes semblant s’enchaîner sans créer un véritable tout.

 

Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe... (source : Allociné)

 

Je ne vais pas m’attarder trop longtemps sur ce film, dont il ne me reste pas grand-chose.

Il y a un vrai savoir faire dans la mise en scène, c’est certain. Malheureusement cela n’est au service de quasi rien… La relation entre Freddie et « the Master » n’aboutit à rien de spécial, et le film ne tient pas véritablement de discours sur la secte présentée.

Certes certains moments sont plutôt puissants (« l’interrogatoire » de Freddie dans le bateau où il ne doit pas cligner des yeux, la scène à moto dans le désert…) mais paraissent comme de simples scénettes qui n’arrivent pas à se lier vraiment entre elles. Des instants forts éparpillés donc ça et là dans le film, mais qui ne forment pas un ensemble homogène.

Le personnage de Freddie, au cœur du long-métrage, ne semble lui finalement pas réellement évoluer au cours des deux heures qui constituent le film.

 

Certains diront qu’il s’agit avant tout d’un film d’interprètes. C’est sans doute vrai, mais tout ce cabotinage m’a plus agacée qu’autre chose. La direction des acteurs ne m’a franchement pas convaincue. Je suis une grande fan de Joachim Phoenix, mais sa prestation ici était véritablement forcée et lourde. Philip Seymour Hoffman nous offre déjà une prestation un peu plus sobre, mais je ne suis pas vraiment comblée non plus.

 

Bref, The Master est une œuvre froide et malheureusement vide. La mise en scène a beau être soignée le film reste très à distance du spectateur.

 

 

Typh. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Typh - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Twitter


Rechercher