Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 23:17

 

Platane.jpg

 

L'article ne révèle pas d'informations importantes sur la saison. 

 

 

Ce soir s’achevait sur Canal + Platane, d’Eric Judor. Une série plutôt singulière, encensée par la presse de toute part, mais assez (injustement) descendue par le public (à ce qui m’a été donnée de voir sur le net).

Pour ma part j’ai vraiment aimé la série, très très drôle, mais pas que. En tout cas il manquait vraiment quelque chose de ce type dans le paysage audiovisuel français, et je suis très heureuse qu’Eric nous ait livré une série comme ça.

 

Commençons par le commencement, Platane, c’est quoi ? C’est tout simplement la (fausse) vie d’Eric Judor qui, après avoir passé un an dans le coma suite à un accident de voiture, décide de quitter la comédie et de réaliser un film sérieux : La Môme 2.0 Next Gen (soit la vie d’une chanteuse de R’nB qui se découvre être la descendante d’Edith Piaf).

 

Je crois que scénario plus WTF ça n’existe pas. C’est totalement improbable, et c’est génial. Il fallait oser. Et pourtant, avec un tel scénario, je n’ai pas du tout trouvé les épisodes brouillons. Les histoires se suivent totalement et font plutôt sens (on se demande tout de même comment les gens autour d’Eric, pourtant « normaux », peuvent prendre son projet au sérieux).

 

Avec un tel scénario Eric se permet à peu près tout. Et il a bien raison. Son personnage est un enfoiré de première, un boulet incroyable,  mais pourtant très attachant. Pourtant j’en aurais lâché des « quel connard ! ». Mais qu’est-ce qu’il me fait rire. La battle de hip-hop de l’épisode 3, ou encore la réaction d’Eric suite au « décès » de Canet dans l’épisode 6, sont déjà cultes.

On remarquera quand même le plaisir un peu masochiste d’Eric Judor (le vrai) à traîner le personnage qu’il interprète dans des situations à chaque fois pire que les précédentes. Platane c’est un peu la lente descente aux enfers du protagoniste. Chaque épisode est d’ailleurs construit de manière assez identique : alors qu’Eric arrive plus ou moins à rattraper ses boulettes et à se remettre sur de bons rails il arrive à tout faire capoter en fin d’épisode. Et le voir dans de telles situations ça fait quand même très rire, tout en parvenant à installer quelques fois de vrais moments de malaise.

 

Autour de lui gravite quelques personnages réguliers (les gens de la prod notamment, Flex, ou encore son ex, Lana, que l’on voit quelque fois). Ce sont des personnages sympathiques, parfois très drôles (j’aime beaucoup Flex), même s’ils servent quand même au final à mettre Eric en valeur.

En plus de ces personnages, la série s’offre un paquet de guest-stars : Monica Bellucci, Clothilde Coureau, Vincent Cassel, Gilles Lellouche, Pierre Richard, Mathieu Amalric, Guillaume Canet… Et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas peur du ridicule ! Je les ai tous trouvé très bons, très drôles. Et me faire supporter Canet ça relève presque de l’exploit.

 

Si je devais néanmoins faire un reproche à la série ça serait à propos des scènes du film La Môme 2.0. J’ai trouvé la plupart des scènes pas drôles, longues, et sur la fin bien trop nombreuses. C’est dommage, ça gâchait un peu le rythme des épisodes.

 

En bref, j’ai vraiment apprécié mes lundis soirs en compagnie de Platane. Je ne sais pas s’il y aura une saison 2, je ne suis pas sûre que ça soit vraiment utile, mais s’il y a je serais évidemment au rendez-vous devant ma télévision.  

 

Typh.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Twitter


Rechercher