Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 01:22

Chuck

 

 

 

Après quatre épisodes assez catastrophiques de Chuck (enfin non, le 4x02 est bien) j’ai laissé tomber la série. La série me semblait vraiment avoir perdu de sa fraicheur, de son fun et n’arrivait plus à me divertir. J’ai donc vu la saison d’un bloc, car il serait bête d’arrêter maintenant (la saison 5 sera de toute évidence la dernière). Et bien je ne regrette pas du tout de m’y avoir remise ! Certes la série ne revient jamais au niveau de ses deux premières saisons mais redevient un bon divertissement, qui m’éclate, me fait rire (je me suis taper de vrais fous rire devant). Et puis la sympathie des personnages aide beaucoup. Bref, une bonne saison, meilleure selon moi que sa précédente.

 

L’histoire de la saison est assez inintéressante, comme l’avait été celle de l’an dernier (l’intrigue est d’ailleurs construite exactement de la même manière, jusqu’à l’implication d’Ellie en fin de saison dans l’histoire !). La présence de James Bond et Sarah Connor n’y changera rien. Le gros problème du début de saison vient de l’intrigue de la mère, vraiment plombante. Je suis méchante, mais non en fait gentille, mais en fait méchante etc. Les choses s’améliorent au fil des épisodes, même si l’ex Mme Cameron ne fait pas grand-chose pour nous faire aimer son personnage. Elle fait vraiment le strict minimum. Timothy Dalton, lui, campe un méchant pas trop mal, toujours caricatural, mais pas franchement drôle.

Bref, si j’ai aimé cette saison ce n’est pas pour l’histoire de Volkolff, sans grand intérêt. Les missions secondaires ne sont pas non plus vraiment plus passionnantes. Mais si Chuck se regardait pour la qualité de ses intrigues d’espionnage, ça se saurait.

 

Si j’ai beaucoup aimé cette saison c’est surtout grâce aux personnages, auquel je suis tous vraiment très attachée. Ils sont tous funs, drôles, humains. Les acteurs prennent du plaisir à jouer, et ça se voit.

 Je suis, évidemment, toujours aussi fan de Jeff et Lester qui me font rire comme personne (« si on n’intervient pas ce gosse va écouter du Snow Patrol… ou Coldplay. »). J’ai d’ailleurs vraiment du mal à imaginer l’acteur interprétant Jeff dans un autre rôle…

Du côté de ceux qui me font bien rire je rajouterai également Morgan (je repense à sa scène avec Alex dans le salon lors de l’épisode St Valentin…, hilarant), qui reprend le rôle de Chuck des deux premières saisons, c’est-à-dire celui du boulet pour l’équipe. L’avoir intégré à l’équipe est sans doute une erreur des scénaristes, mais permet de rattraper d’une manière celle de l’Intersect 2.0 faisant de Chuck un as des arts martiaux. Chuck a perdu beaucoup d’intérêt avec son kung-fu. Je suis pas mal déçue du cliff de fin de saison (surtout que l’épisode en lui-même était franchement pas mal, une bonne conclusion). Chuck est un éternel recommencement : Morgan poursuit donc sa « Chukisation » puisqu’il se retrouve tout comme lui en fin de saison 2, avec l’Intersect 2.0 en tête. Si cela permet néanmoins à Chuck de ne plus avoir l’Intersect (ce que je n’ai pas cessé d’espérer cette saison) ça m’irait. Je suis curieuse de voir le personnage sans « pouvoir ».

 

La vraie histoire de la saison (et de la série d’ailleurs) est bien sûr le couple Chuck/Sarah. Après avoir fait traîner la mise en couple des personnages les scénaristes décident d’accélérer vraiment les choses. Voilà qu’ils se marient !

Là encore, pas grand grand intérêt mais je ne trouve pas que l’histoire de leur mariage ait plombé la saison, comme j’ai pu souvent le lire. Ca ne m’a pas franchement gênée, et je me suis même surprise à avoir été plus d’une fois été touchée par le couple. La demande en mariage, tout en simplicité était très jolie (en parallèle à la naissance de la fille d’Ellie, « awesome »). J’ai également beaucoup aimé le mariage dans le dernier épisode, bien que très vite expédié. Les flash-back étaient assez émouvants. On les aura vu se tourner autour ces deux là, ça fait plaisir de les voir heureux, sans leurs prises de tête agaçantes des saisons précédentes (une fois par épisode au minimum en saison 2…).   

 

Bref, Chuck se révèle comme chaque année être un divertissement efficace, simple, attachant, et jamais prétentieux. Les personnages donnent toujours l’impression d’être des amis qu’on prend vraiment plaisir à revoir. La série n’évolue pas vraiment, manque un peu d’ambition, mais fonctionne toujours aussi bien (du moins pour le moment). La saison 5 sera vraisemblablement la dernière, ce qui permettra sans doute d’éviter le sentiment que la série tire trop sur la corde (que beaucoup ont déjà visiblement). En tout cas toute la bande risque de me manquer durant la pause.

 

Typh. 


   

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Twitter


Rechercher