Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 19:20

 

Boss.jpg

 

 

L'article ne révèle pas d'informations importantes sur la saison. 

 

 

Série politique de la chaîne Starz (pourtant non réputée pour ses chefs d'œuvre) Boss se révèle excellente. Seulement 8 épisodes dans cette première saison, qui ne s'arrêtera pourtant jamais de monter en puissance, se terminant sur deux derniers épisodes très intenses.

 

Maire de Chicago, Tom Kane vient d'être diagnostiqué de démence à corps de Lewy, un grave trouble neurologique. Souhaitant rester en place, l'homme à poigne fait contraindre son médecin, le Dr Ella Harris, à l'isolement et ne se confie qu'à sa fille avec laquelle les relations semblent pourtant chargées d'un long passif. Sa femme, Meredith, fille de l'ancien maire, et ses proches conseillers, Kitty O'Neill et Ezra Stone, sont témoins de légers symptômes tout en n'osant lui en parler frontalement. Dans l'ombre de ce maire omnipotent et autoritaire se déroulent nombre corruptions qu'un journaliste local tente d'éclaircir et une campagne au poste de Gouverneur de l'Illinois qui voit s'affronter deux générations : l'actuel gouverneur en poste et le jeune et habile Trésorier de L'Illinois, Ben Zajac (source : Wikipédia)

 

Ce résumé permet déjà de mettre en évidence les nombreuses pistes d'écriture suivies par la série (et ce n'est pas tout). En effet en 8 épisodes la série parvient à tisser un nombre importants d'intrigues, de personnages, de relations, sans jamais nous perdre. Le pilot pose les choses un peu trop frontalement, apparaissant à certains moments comme légèrement too much.

La suite de la série permettra de grandement nuancer les choses, nous immergeant dans un univers tout à fait particulier dans lequel nous n'aimerions vraiment pas évoluer. Aucune vraie relation n'est possible, c'est le règne de la corruption et compagnie. Les deux derniers épisodes, les meilleurs de la saison sont les plus représentatifs de l'univers peint par la série, et nous glacent le sang.

 

Une série ne serait rien évidemment sans ses personnages : il faut ici admirer la palette de personnages présentés, tous très travaillés (et je ne peux pas franchement dire attachants). Kelsey Grammer (vainqueur d'un Golden Globes pour ce rôle) campe un Tom Kane fascinant et difficilement définissable puisqu'avec lui on n'est jamais sûr de rien.

La galerie de personnages gravitant autour de lui est aussi finement écrite, et chacun parviendra a vraiment se développer durant ses 8 épisodes (Kitty en est un bon exemple, elle qui me semblait vraiment inintéressante dans les premiers épisodes).

 

Il faut également noter la réalisation de la série, loin d'être habituelle. Nous devons le pilot à Gus Van Sant (la grande classe !), qui a donc mis en place la direction artistique de la série. On a donc le droit à une mise en scène léchée, toute en teintes grises, faible profondeur de champ et gros plans. 

Le casting est lui excellent (même Kathleen Robertson, que je ne connaissais que pour son rôle de Claire dans Beverly Hills...).

Le générique est très beau, et très à l'image de la série.

 

En bref, Boss offre donc une très bonne première saison, qui promet une deuxième année sans doute encore meilleure. La série a mis quelques épisodes à vraiment se mettre en place, dorénavant seul du très bon semble nous attendre.

 

Typh.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Twitter


Rechercher