Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 19:54

 

Borgia

 

 

Après Showtime il y a quelques mois c’est au tour de Canal + de nous servir ces Borgia, avec à la tête de la série Tom Fontana, créateur d’Oz. C’est une série franco-allemande, tourné en anglais, avec à sa tête un américain, sur des Espagnols vivant en Italie. Un vrai mélange.

 

Si vous aviez suivis mes critiques sur The Borgias vous savez que la série ne m’avait pas franchement convaincue (et si vous ne m’aviez pas lu ben vous le savez maintenant !). Qu'en est-il pour Borgia ?

Et bien je ne vais pas vous mentir, j’ai encore moins aimé (attention je suis tout de même loin de détester les deux versions). Ce n’est pas mauvais, c’est de mieux en mieux au fur et à mesure (j’ai eu vraiment du mal avec les deux premiers épisodes), mais ça ne m’a franchement pas captivée, voir profondément ennuyée à certains moments. Je crois que le principal problème de la série vient de son rythme, bien trop soutenu. Il est carrément impossible de résumer un épisode tant les événements s’enchaînent rapidement. Du coup, rien n’attire vraiment l’attention…

 

L’autre problème vient des personnages et du casting. John Doman s’en tire plutôt bien dans le rôle du Pape, même s’il n’a pas une seule seconde le charisme de Jeremy Irons, Rodrigo Borgia dans la version Showtime. Stanley Weber (un français !) est également bon dans le rôle de Juan, rôle d’ailleurs bien plus développé que dans l’autre version, ce qui est plutôt agréable. Isolda Dychauk, en Lucrezia est plutôt bonne (l’actrice a d’ailleurs un physique qui convient parfaitement, on la croirait sorti d’un Boticelli). Le personnage est par contre encore plus insupportable que dans la version américaine.

Le gros souci vient pour moi de Cesare. On se rend bien vite compte que le personnage est un peu malade dans sa tête, donc à partir de là tout ce qu’il fait devient acceptable, rien ne peut nous surprendre. La folie c’est un peu une solution de facilité je trouve. Sinon je trouve l’acteur, Mark Ryder, aussi charismatique qu’une endive donc ça n’aide pas.

 

Du côté de la réalisation j’ai trouvé ça très moyen, voir carrément mauvais à certains instants. C’est bien, parfois, de réfléchir à où on place sa caméra…

Comme dans la version Showtime les décors font vraiment tocs. C’est dommage, mais bon, c’est une question de moyens… On a le droit néanmoins à de beaux costumes, c’est déjà ça.

 

Bref, une première saison moyenne pour Borgia, même si tout n’est pas à jeter (notamment dans les relations entre Juan et Cesare). Je suis un peu déçue au final par les deux versions, surtout que l’histoire des Borgia a un potentiel énorme pour une adaptation. Tant pis.

 

Typh. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Twitter


Rechercher