Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 00:30

 

Ainsi-Soient-Ils.jpg

 

 

Nouvelle série d'Arte, Ainsi soient-ils a été un franc succès en terme d'audiences (1,5 millions de téléspectateurs, chose peu commune sur la chaîne). Il faut dire que la promo a été assez importante, et que les critiques presses sont dans l'ensemble très positives.

J'ai regardé par simple curiosité ces deux premiers épisodes, qui se sont révélés être plutôt bons. On sent que la série a du potentiel et que le meilleur est encore à venir.

 

Septembre 2011, Paris. Cinq jeunes candidats à la prêtrise sont sur le point de changer radicalement de vie. En entrant au Séminaire des Capucins, ils vont apprendre à suivre la voie de Dieu et devenir ses ministres. D’où viennent-ils ? Quelles expériences de joie, de douleurs ont-ils vécu ? Autant de questions qui hantent le Père Fromenger, directeur légendaire du Séminaire, et son dévoué bras droit, le Père Bosco, lorsqu'ils accueillent José, Raphaël, Yann, Guillaume et Emmanuel dans leur nouveau monde.

En partageant leurs espérances, leurs doutes, leurs épreuves quotidiennes, nous découvrons un monde fascinant, mystérieux, l’Eglise, qui nous mènera jusqu’au Vatican et ses coulisses politiques. Une plongée haletante dans un univers secret (source Allociné).

 

Tout d'abord relevons l'originalité du projet. Car en dehors des deux versions des Borgia (séries historiques donc) aucune série ne s'est, me semble-t-il, intéressée d'aussi près à la question de l'Eglise. L'angle d'approche est très intéressant et nous révèle un monde à mon avis plutôt inconnu pour la plupart d'entre nous, à savoir le séminaire.

 

La série nous présente d'emblée 5 personnages principaux, malheureusement assez caricaturaux au premier abord (celui qui sort de prison, le gosse de riches etc.). Le second épisode parvient déjà à les rendre un peu plus subtils car un peu plus présents à l'écran. Il ne fait pas de doute que la suite poursuivra dans ce sens. Difficile néanmoins d'en dire plus sur chacun d'eux pour le moment, même si le personnage de José semble se dégager un peu des autres.

On s'intéressera également à un conflit entre le Père Fromenger et Monseigneur Roman (l'excellent Michel Duchaussoy) qui fait prendre à la série une dimension politique bienvenue.

La série s'oriente donc vers quelque chose d'assez intimiste du côté de ses personnages principaux, mais s'intéressera également de manière plus large à la question de l'Eglise, et de ses conflits internes.

 

Bref deux épisodes plutôt réussis, qui posent assez bien les bases de la série. De plus la réalisation est soignée, et les acteurs convaincants dans l'ensemble. Reste à savoir désormais si la série va parvenir à gagner en subtilité par la suite.

 

Typh. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Twitter


Rechercher