Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 11:55

 

L'article révèle des informations très importantes sur la saison !

 

Ultime saison de la miraculée The Killing. Elle aura survécu à deux annulations, et a ainsi le privilège d’obtenir une réelle conclusion.

Une saison 4 que j’aurai personnellement trouvé assez sublime, même si je ne ferme pas les yeux sur tous les défauts. Elle n’est peut-être pas aussi puissante que sa saison précédente, mais cela vient peut-être de son format malheureusement très court.

 

L’enquête de la saison concerne un jeune homme, élève d’une école militaire pour garçon, accusé d’avoir assassiné toute sa famille avant d’avoir tenté de se suicider. Évidemment, très vite, des indices viennent remettre en cause cette hypothèse.

Il ne s’agit sans doute pas de la meilleure histoire de la série, mais elle fait très très bien le travail. Ce que j’ai particulièrement aimé c’est la manière dont les scénaristes ont cherché à tisser des liens entre cette affaire et ses deux personnages principaux (Linder et Holder). Cela justifie ainsi leur réelle implication, notamment celle de Linden, alors qu’ils devraient avoir autre chose en tête (suite à la fin de saison 3…).

La résolution de l’affaire m’aura parue tout à fait satisfaisante. Que le coupable soit le suspect du début (le fils donc) est un twist intéressant. C’est aussi malin d’avoir fait de tous les suspects des complices en réalité (la directrice, les deux autres élèves).

Après il y a quelques petits défauts par ci par là, pas tellement gênant. Le coup de la directrice qui est en réalité la mère du mec, je pense que tout le monde l’avait un peu compris dès sa première apparition… Le seul truc (très con) qui m’aura gênée en fin de compte c’est qu’on voit, dans le flashback de la tuerie dans le dernier épisode, l’assassin jouer au piano, alors qu’on nous a expliqué je ne sais combien de fois que les cordes avaient été coupées… C’est une grosse incohérence qui fait un peu tiquer.

 

L’autre axe important de la saison concerne évidemment les conséquences de la fin de saison 3, où Linden tuait Skinner sous les yeux de Holder.

Avec un nombre si réduit d’épisode je trouve que les scénaristes ont fait du très bon boulot. La descente aux enfers des deux héros est très bien foutue, et l’enquête annexe de Reddick ne fait pas trop précipitée.

Il s’agit en tout cas d’une saison très sombre, étouffante. C’était intéressant de voir comment Linden et Holder lâchaient prises à des moments différents, et devaient compter sur l’autre pour remonter à la surface (même si au bout d’un moment c’était un peu toujours le même schéma : « Linden, tu fais n’importe quoi », puis « Holder, il faut que tu te ressaisisses ! », puis de nouveau « Linden, on va se faire cramer à cause de toi ! » etc.)

Le « deus ex machina » de l’épisode 7, avec l’arrivée du maire qui vient « sauver » Linden est plutôt bien vu. Parce que finalement l’empêcher de parler n’est pas une fin vraiment heureuse, puisqu’elle ne pourra jamais se débarrasser du poids qu’elle a sur la conscience.

Concernant l’ultime séquence de la série, j’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser. Certes, ça conclue véritablement la série et les scènes en soi sont très belles. Je suis juste gênée par ce qu’elles disent… La très belle amitié entre Holder et Linden devient finalement une romance, ce dont je n’arrive pas à croire du tout. Pour moi c’est vraiment deux amis, voir des frères et sœurs. Ils n’ont rien à faire ensemble. D’ailleurs, ça donne un peu l’impression que ça sort de nulle part, on ne nous a jamais donné d’indice sur un amour naissant (certes Holder avait tenté de l’embrasser en fin de saison 3, mais c’était tout de même dans un cas assez extrême).

Je crois que les scénaristes ont d’ailleurs un peu laissé la porte ouvertes aux interprétations. La déclaration de Linden peut laisser penser qu’il s’agit « simplement » de deux meilleurs amis, une relation platonique super forte. Ou alors, qu’il y a vraiment de l’amour, que ce sont des âmes sœurs. Il n’y a ainsi même pas d’échange de baiser, pour que tout le monde soit content avec ce qu’il comprend.

J’ajoute que j’ai beaucoup aimé l’utilisation des images du générique, qui viennent joliment boucler la boucle.

 

De tout ça je ne retire quand même pratiquement que le positif, la saison aura été intense et forte. La série a pour moi été une vraie révélation à partir de sa saison 3. Certes, j’aimais beaucoup les deux premières saisons, mais je n’y voyais là qu’une bonne, et non une grande, série.

Il faut maintenant que je parvienne (encore une fois !) à faire le deuil du show. Linden et Holder vont me manquer, c’est certain. Il s’agissait d’un des meilleurs duos de la télévision, il ne ressemblait à aucun autre.

 

Bref, des adieux très réussis de The Killing. Elle va énormément me manquer.

 

Typh.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Typh - dans The Killing
commenter cet article

commentaires

white 16/08/2014 19:12

superbe saison 4 et tres grand final : la conclusion est imprévisible (rare pour une série policière) et les 2 acteurs sont sublimes : avalanche de gros plans sur leurs visages torturés par la violence inouie qu'ils vivent au quotidien depuis le début ... Linden et Holder, Holder et Linden, personnages hors du commun qu'on arrive à cerner parfaitement grâce à la qualité des scripts ... encore une grande série qui s'en va ... vivement la prochaine ...

Twitter


Rechercher