Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 19:40

 

Un second épisode aussi bon que le pilote. On suit la même lancée. Des mystères, une réalisation soignée, une mélancolie constante, et quelques vrais pics d’émotions (la scène finale est superbe, quelle musique !)

 

Il est assez difficile de résumer l’épisode, ça sera à mon avis le cas chaque semaine. On n’a, pour le moment, pas toutes les informations en main pour pouvoir démêler toutes les intrigues.

La famille Garvey est un pilier important de la série. Le père, bien sûr, comme personnage principal. Mais aussi le fils, qui a sous sa protection une jeune fille qui, d’après un gars bizarre un peu gourou, sera « importante ». Seule la fille est pour le moment assez inintéressante, mais j’espère qu’elle permettra de bonnes choses dans la suite, peut-être plus en lien avec sa mère qui fait partie de la secte.

On nous introduit également le grand-père, interné. Évidemment, Kevin et les spectateurs se demandent si le comportement du policier n’est pas un signe qu’il perd aussi progressivement la tête.

 

On explore un peu la secte cette semaine à travers le personnage de Meg. C’est vraiment l’un des points les plus intéressants de l’univers de la série. L’idée est déjà franchement géniale, alors que l’on ne sait pas réellement ce qu’ils veulent.

 

Un petit mot sur le générique qu’on nous introduit cette semaine. Esthétiquement je dois dire que je ne suis pas très fan. Après il est intéressant dans sa conception, mettant clairement en avant l’idée de ces « leftovers » et relevant encore le goût pour le mystique de Damon Lindelof.

 

Bref, je suis toujours aussi convaincue que cette série tient vraiment quelque chose de fort.

 

Typh.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Typh - dans The Leftovers
commenter cet article

commentaires

Twitter


Rechercher